Wimbledon 2023 : Marketa Vondrousova, une renaissance inattendue

Un an après une opération du poignet, qui l'a contrainte à quitter les courts pendant six mois, la Tchèque de 24 ans a remporté, samedi, son premier titre du Grand Chelem à Londres, et son premier sur gazon.
Article rédigé par Apolline Merle, franceinfo: sport - De notre envoyée spéciale à Wimbledon
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 3 min
La Tchèque Marketa Vondrousova a remporté son premier titre du Grand Chelem, à Wimbledon (Londres), face à la Tunisienne Ons Jabeur, le 15 juillet 2023. (GLYN KIRK / AFP)

Personne ne la voyait soulever le trophée. Pourtant, samedi 15 juillet, c'est bien Marketa Vondrousova qui est apparue au célèbre balcon du Centre court, saluant la foule, plateau d'argent dans les mains, après avoir battu en finale de Wimbledon la Tunisienne Ons Jabeur (6e mondiale) 6-4, 6-4 en 1h20 de jeu.

Actuellement 42e au classement WTA, la native de Sokolov (en République tchèque, à la frontière avec l'Allemagne) est devenue la première vainqueure de Wimbledon non-tête de série depuis le début de l’ère Open en 1968. "Je pense que personne ne m'aurait dit avant mon arrivée ici que j'avais une chance de gagner ce tournoi. Je n'étais pas tête de série. Je veux dire, c'est un parcours tellement fou. Je n'arrive toujours pas à y croire", a réagi Marketa Vondrousova après sa victoire, en conférence de presse. "C'est incroyable. C'était un match très difficile et j'étais très nerveuse. Je suis tellement reconnaissante et fière de moi", a-t-elle confié.

La gauchère revient pourtant de loin. Il y a tout juste un an, Marketa Vondrousova est contrainte de s'éloigner des terrains pendant six mois pour soigner une blessure au poignet gauche. Un plâtre lui est même posé après une deuxième opération en trois ans.

De touriste à lauréate

En juillet dernier, elle arrive donc "en touriste" à Londres, pour encourager Miriam Kolodziejova, sa partenaire en double et meilleure amie qui jouait pour la première fois les qualifications. Elle ne fait son retour qu'en octobre et reprend la compétition en novembre. "Ce n'est pas toujours facile de revenir. Vous ne savez pas si vous pourrez rejouer à ce niveau, si vous pourrez revenir au sommet et participer à ces tournois. Je suis simplement reconnaissante d'être à nouveau sur un court, de jouer sans douleur", expliquait-elle, après sa qualification en finale.

Pourtant, la Tchèque y parvient. Et ce même sur une surface qui lui convenait peu auparavant. "Sur le gazon, je ne jouais pas bien avant. Et je pense que c'était le Grand Chelem le plus impossible à gagner pour moi, donc je n'y ai même pas pensé. Quand nous sommes arrivés, je me suis juste dit : 'Essaie de gagner quelques matchs'".

Ce credo, la Tchèque de 24 ans l'applique méticuleusement. Dans l'ombre, elle passe les étapes les unes après les autres, montrant au fur et à mesure sa capacité à prétendre sérieusement au titre. Après une entrée en matière convaincante face à Veronika Kudermetova (12e), puis contre Donna Vekic (21e), elle écarte notamment Jessica Pegula (4e) et l'ancienne demi-finaliste Elina Svitolina, en ne concédant que deux sets sur l'ensemble du tournoi.

Un parcours d'autant plus impressionnant qu'elle n'avait remporté que trois matchs sur gazon en carrière, dont deux cette saison, avant d'arriver à Wimbledon. En quatre participations, elle n'avait d'ailleurs jamais dépassé le deuxième tour du Grand Chelem londonien. Un pas de géant donc pour la médaillée d'argent des Jeux de Tokyo en 2021, qui avant aujourd'hui, n'avait remporté qu'un seul titre WTA en carrière, au tournoi de Bienne (WTA 250) en Suisse. 

L'expérience du passé

Déjà finaliste (malheureuse) à Roland-Garros en 2019 face à l'Australienne Ashleigh Barty, année où elle atteint son meilleur classement WTA (14e), la jeune femme a puisé samedi dans cette expérience pour cette fois-ci l'emporter. "J'avais 19 ans lors de la première finale. Je me souviens que c'était très stressant. Je voulais juste bien faire. C'était un événement important en République tchèque. Tout le monde en parlait. Je pense que cela m'a écrasée. Le match a été très rapide et je n'ai même pas apprécié. J'étais très triste après", a-t-elle avoué.

"Je me suis dit que si cela se reproduisait, il fallait profiter de chaque instant. Même si je perds, je dois profiter de chaque instant. Je pense que même si j'avais perdu aujourd'hui, j'aurais apprécié ce moment. C'est une si grande réussite. J'ai vraiment apprécié ce match aujourd'hui."

Marketa Vondrousova, vainqueure de Wimbledon

en conférence de presse

"Maintenant, c'est arrivé, c'est fou", a savouré la lauréate devant la presse samedi. Elle est ainsi devenue la troisième joueuse Tchèque à remporter le trophée, après Jana Novotná et Petra Kvitová. Lundi, elle obtiendra le meilleur classement de sa carrière, avec une entrée dans le top 10.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.