Wimbledon 2023 : entre la Henman Hill et le Centre Court, on a vécu le premier sacre de Carlos Alcaraz à Londres

L'Espagnol a remporté son second titre du Grand Chelem, et son premier à Wimbledon, dimanche, au terme d'un combat intense face au Serbe Novak Djokovic.
Article rédigé par Apolline Merle, franceinfo: sport - De notre envoyée spéciale à Wimbledon
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min
Carlos Alcaraz réagit, sur le Center Court, après sa victoire en finale de Wimbledon, le 16 juillet 2023, à Londres. (TETSU JOKO / AFP)

Il est tombé au sol et l'herbe a tremblé. Carlos Alcaraz a remporté son premier trophée à Wimbledon, et son second titre du Grand Chelem, en battant en finale le septuple vainqueur des lieux, Novak Djokovic (1-6, 7-6(6), 6-1, 3-6, 6-4), dimanche 16 juillet, en 4 h 43 de jeu. L'Espagnol, numéro un mondial, s'est payé le luxe d'empêcher le Serbe de remporter ici même son 24e titre en Majeur, son troisième de l'année et son huitième à Londres. Franceinfo: sport était dans les travées de Wimbledon. On vous raconte ce moment de tennis.

Carlos, champagne et Pimm's

En coulisses, c'est déjà l'effervescence dans ce début d'après-midi. L'atmosphère feutrée de Wimbledon s'est muée en une sorte de mini-cocotte minute. Au centre média, les journalistes patientent dans l'espoir de se voir obtenir l'accès au Centre Court pour assister au match. Car aujourd'hui, l'accès au Central n'a jamais été aussi limité.

Pour beaucoup, la solution de repli est la Henman Hill ou le Murray Mount, petite colline située à l'extrémité du stade où se rassemblent les non-détenteurs de billets pour les grands courts. Alors que les allées et venues y étaient libres depuis le début de la quinzaine, l'accès y est là aussi restreint. Pas question de laisser une foule s'entasser et empêcher une circulation fluide dans les travées : les spectateurs doivent être assis sur la colline, et seulement quelques rangs debout à la limite entre gazon et bitume sont tolérés. Pour les plus prévoyants qui ont investi les lieux en amont, les nappes de pique-nique ont été installées pour l'apéro. "Il faut être malin pour avoir une place ici", souligne tout sourire Charles, fidèle spectateur de Wimbledon, assis sur sa nappe rouge et blanche, glacière à ses pieds.

Le premier set 6-1 en faveur de Novak Djokovic, infligé en trente-quatre minutes, laisse le public de la colline sans voix. Mais rapidement l'Espagnol reprend du poil de la bête, et remobilise ses supporters nombreux. Une petite bataille de cris d'encouragement entre "Carlos" et "Novak" emporte la foule, grisée par ce deuxième set bouillant. Le troisième acte, et ce jeu de vingt-six minutes, aux 13 égalités et sept balles de break pour Alcaraz, qui lui permet de mener 4-1, enflamme davantage les spectateurs de la Hill, les yeux rivés sur le jeu en sirotant une coupe de champagne ou un Pimm's, le célèbre nectar du tournoi.

Balle de match
Wimbledon Balle de match (APOLLINE MERLE / FRANCEINFO SPORT)

Sur le Centre Court, quelques bruits d'ouverture de bouteilles de champagne se font entendre dans l'arrière du stade, la célébration est déjà lancée alors que s'achève le troisième set. Les "Vamos" sont plus nombreux que les "Go Novak", et les applaudissements en faveur de l'Espagnol ont quelques décibels supplémentaires. Si la foule salue chaleureusement chaque beau geste de Djokovic, il ne se lève, et n'explose de joie que lorsque le Murcien emporte un point. Il a déjà choisi son vainqueur, quelque soit le résultat du match.

La tradition plus forte que la passion

Carlos Alcaraz s'écroule sur le gazon. Il vient de remporter son premier Majeur à Londres. A cet instant, c'est tout le stade qui bondit et s'enflamme. Des centaines de bras se lèvent et s'agitent, un brouhaha s'élève et des voisins de siège s'enlacent et se réjouissent ensemble de ce dénouement. D'un coup, les applaudissements et les encouragements s'estompent avant de s'interrompre totalement en quelques secondes. L'arrivée sur le court de la princesse de Galles Kate Middleton, patronne de l'AELTC (All England Lawn Tennis and Croquet Club), fait redescendre la fièvre du Central. De longues secondes s'écoulent dans un silence de cathédrale, comme si le temps s'était arrêté.

Cérémonie protocolaire de Wimbledon, le dimanche 16 juillet 2023.
Cérémonie Wim Cérémonie protocolaire de Wimbledon, le dimanche 16 juillet 2023. (APOLLINE MERLE / FRANCEINFO SPORT)

Une fois les trophées remis au terme d'une cérémonie en toute sobriété, le public, debout, redonne de la voix pour les deux joueurs, parfois même s'époumone, et tente de se rapprocher du bord du terrain pour apercevoir le nouveau champion, sans détacher leur regard de l'Espagnol. Carlos Alcaraz se lance ainsi dans un tour du terrain pour présenter son trophée, avant de le soulever en haut du célèbre balcon du Centre Court, devant une foule rassemblée en masse pour l'acclamer. Ses allers-retours entre les différentes parties de l'AELTC, entre sortie du court et rendez-vous médias, sont reconnaissables par les cris des fans dans les allées, d'ordinaire beaucoup plus calmes. Aujourd'hui n'avait rien d'une journée comme les autres. L'ancien monarque a abdiqué, afin de permettre le couronnement de son successeur, le roi Carlos.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.