Wimbledon 2022 : Novak Djokovic, vainqueur en vert et contre tous

Un an après son dernier titre en Grand Chelem, Novak Djokovic s'est imposé face à Nick Kyrgios, dimanche, faisant de nouveau parler de lui pour son talent après des mois de polémiques extrasportives. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Novak Djokovic a remporté son 21e titre du Grand Chelem à Wimbledon, le dimanche 10 juillet 2022. (ADRIAN DENNIS / AFP)

Jusque dans les derniers instants de cette finale, Novak Djokovic n'a laissé transparaître aucun sentiment. Avant l'explosion. Pendant que son adversaire du jour, Nick Kyrgios, longtemps accrocheur, perdait pied, plus occupé à échanger quelques amabilités avec l'arbitre, son clan et le public, le Serbe pouvait savourer sa 21e victoire en Majeur, dimanche 10 juillet, et embrasser le reste de l'herbe restée verte après son passage. Ce succès, le numéro trois mondial l'attendait depuis un an.

Le 11 juillet 2021, le natif de Belgrade était au sommet de son art. Il venait de remporter son troisième tournoi majeur de la saison à Londres et son 6e Wimbledon. Numéro un mondial et favori pour s'offrir le premier Grand Chelem calendaire depuis Rod Laver en 1969, le Serbe ne se doutait pas qu'il entrait dans un tunnel qui ne le laisserait pas indemne.

Le mirage d'un Grand Chelem calendaire

Il y a d'abord eu le marathon estival qui l'a vu passer près de ses rêves. Visant une nouvelle médaille olympique lors des Jeux de Tokyo, le Serbe est resté au pied du podium, éjecté par Pablo Carreno Busta, bronzé pour la première fois de sa carrière.

Puis, parvenu en finale de l'US Open et en route pour réaliser un exploit qui a toujours échappé à ses deux rivaux, Rafael Nadal et Roger Federer, le numéro un mondial d'alors est tombé un os en finale avec Daniil Medvedev. Balayé en trois sets secs (6-4, 6-4, 6-4), les premiers signes d'une fissure dans la carapace sont alors apparus. "C'était très exigeant émotionnellement comme période pour moi, les cinq, six derniers mois. (...) Ici, tout s'est accumulé pour moi en termes d'émotions", reconnaissait Djokovic en conférence de presse après la rencontre.

Le Serbe a fini l'année 2021 par une élimination en demi-finale du Masters de Londres face à Alexander Zverev en novembre après deux mois de pause et un retour gagnant à Paris-Bercy.

"Antivax" et mis au ban

La pandémie et sa position contre les vaccins pour faire face au Covid-19 ont ensuite sérieusement compliqué les choses. Arrivé à Melbourne avec une exemption médicale après un test positif, son cas a finalement été tranché au plus haut niveau de l'Etat, le ministre de l'Immigration lui refusant l'accès au premier Majeur de la saison en raison de son statut vaccinal vierge. Il s'agissait de son second forfait en Majeur depuis le début de sa carrière.

Logé dans un hôtel délabré avant d'être expulsé, Djokovic dû manquer pour la même raison la tournée américaine à Miami et Indian Wells. "Prêt à payer le prix" de sa non-vaccination, le Serbe a pourtant campé sur ses positions quelques semaines plus tard dans un entretien avec la BBC, jugeant que "les prises de décision au sujet de [son] corps sont plus importantes que n'importe quel titre".

Djokovic, le résilient

Il y a encore quatre mois, sa participation à Roland-Garros était compromise sans parler de Wimbledon en raison des restrictions sanitaires. La baisse du nombre de cas et un retour à la normale ont permis au Serbe de voir les frontières européennes se rouvrir progressivement. S'il n'a rien pu faire face à un Rafael Nadal intouchable et porté par le public à Roland-Garros en quarts de finale, le Serbe, redescendu au troisième rang mondial, s'est refait une santé à Wimbledon. 

Pendant que les têtes de série tombaient, lui est resté debout. Mené deux sets à rien face à Jannik Sinner, il a remis la machine en marche. Face à Nick Kyrgios, là encore, il a su revenir après avoir perdu la première manche pour s'offrir un 21e titre du Grand Chelem en carrière et revenir à une longueur du record détenu par Rafael Nadal.

Pas assuré de jouer l'US Open, fin août, en raison des restrictions sanitaires qui pourraient ne pas s'assouplir, Djokovic devrait encore connaître quelques soubresauts pour tenter de glaner un 22e trophée. Mais, le Serbe y est désormais habitué. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Wimbledon 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.