Tennis : les organisateurs de Wimbledon vont soutenir financièrement l'Ukraine mais confirment la participation des Russes et Biélorusses

Pour chaque billet vendu, une livre sera reversée à l'Ukraine lors de la prochaine édition du tournoi britannique.
Article rédigé par franceinfo: sport, Robin Joanchicoy
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 1 min
Nick Kyrgios face à Novak Djokovic lors de la finale de Wimbledon, le 10 juillet 2022. (SEBASTIEN BOZON / AFP)

Après avoir confirmé la participation des athlètes russes et biélorusses sous "bannière neutre", le All England Club de Wimbledon a annoncé dans un communiqué, mardi 25 avril, faire don d'une livre sterling (1,13 euros) pour chaque spectateur présent afin d'apporter leur soutien à l'Ukraine, "ce qui se traduira par une contribution de plus d'un demi-million de livres" selon le président de l'instance, Ian Hewitt.

Le All England Club a par la suite déclaré travailler avec les conseils de la Croix-Rouge britannique et de Merton et Wandsworth. L'objectif ? Accueillir 1 000 réfugiés ukrainiens pour une journée à Wimbledon, en prenant en charge le transport, les billets, la nourriture et les boissons. Les joueurs ukrainiens bénéficieront quant à eux de deux chambres pour tous ceux présents dans le tableau principal et lors des qualifications durant toute la saison sur gazon.

Russes et Biélorusses présent en tant qu'athlètes "neutres" 

Non autorisés à disputer l'édition 2022, les joueurs et joueuses russes et biélorusses seront bien présents sur le gazon londonnien cette saison. "Nous considérons qu'il s'agit des dispositions appropriées pour Wimbledon cette année, a déclaré Ian Hewitt, président du All England Club. "Il s'agit d'une décision difficile, qui a été prise avec le soutien total de notre gouvernement britannique et des organismes internationaux concernés par le tennis, mais qui ne diminue en rien notre condamnation totale de l'invasion illégale de l'Ukraine par la Russie", a-t-il conclu.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.