Roland-Garros voit rose, les internautes voient rouge

FRANCE - Les organisateurs du tournoi ont prévu ce jeudi une journée de la femme, en colorant la terre battue en rose. Un hommage diversement apprécié par les internautes. 

Le court numéro 1 de Roland-Garros est devenu rose, jeudi 7 juin, pour une journée de la femme organisée dans le cadre du tournoi. 
Le court numéro 1 de Roland-Garros est devenu rose, jeudi 7 juin, pour une journée de la femme organisée dans le cadre du tournoi.  (REGIS DUVIGNAU / REUTERS )

A travers le monde, la journée de la femme a lieu le 8 mars. A Roland-Garros, les dames sont célébrées jeudi 7 juin, à l'occasion des demi-finales femmes. Un hommage accompagné d'étonnantes initiatives qui exaspèrent la twittosphère féminine. 

Terre battue rose et bar à ongles

L'ex-numéro 1 mondiale et septuple vainqueur des Internationaux de France, Chris Evert et le président de la Fédération Française de Tennis, Jean Gachassin, ont inauguré ce jeudi un court très "girly". Rose bonbon ? Fuschia ? Le court numéro 1 a été transformé en l'honneur des demi-finales dames. Etant donné que les deux rencontres ne se disputent pas sur ce court  qui, il faut le reconnaître, fait un peu mal aux yeux, la surface accueille deux matchs disputés dans le cadre du Trophée des Légendes-Perrier féminin. Au programme : Martina Navratilova et Jana Novotna contre Nathalie Tauziat et Sandrine Testud, puis Conchita Martinez et Iva Majoli face à Anke Huber et Barbara Schett.

Mais en ce jour spécial, les organisateurs ont également pensé aux spectatrices : "Un Village de la femme a pris exceptionnellement place sur le court n°4, explique le site internet du tournoi. Il est entièrement dédié à la gente féminine, qui y trouvera de multiples surprises à son attention", soit un un bar à ongles et un salon de coiffure (appelé "bar à brushing", photographié ci-dessous par une journaliste sportive d'Europe 1.)  

Sexiste, Roland-Garros ? 

Partie d'une bonne intention, l'initiative a provoqué l'exaspération d'internautes qui n'ont pas manqué de réagir sur Twitter à la perpétuation de ces clichés selon lesquelles les femmes se distinguent des hommes par leur seul goût de la coquetterie.  

Roland-Garros entretient-il les inégalités entre les sexes ? Depuis 2007, hommes et femmes touchent les mêmes gains (jusqu'à 1,25 million d'euros pour les vainqueurs). La même année qu'à Wimbledon. Une égalité tardive puisqu'aux Etats-Unis, l'US Open applique la parité des gains depuis 1973 et l'Open d'Australie depuis 2000, rappelle Le Nouvel Observateur. L'hebdo rappelle, "pour mémoire" que "la lauréate de l'édition 1990, Monica Seles, n'a touché que 79% de la somme offerte au vainqueur du simple messieurs."

En 1999, la Française Nathalie Tauziat plaidait ainsi, dans La Dépêche du midi, pour l'égalité face au "prize money", la rémunération que touchent les joueurs dans le tournoi.  "Il serait normal que les prix soient égaux. Bien sûr, les hommes avancent comme argument qu'ils disputent leur rencontre en 5 sets et nous en 3 seulement", rappelait-elle.

Aujourd'hui à l'honneur, la femme et plus particulièrement la tenniswoman, n'a certes plus le combat du gain à mener, et sans doute peut-elle exprimer sa féminité sans passer par le bar à ongles. En luttant contre la dictature de la jupette, suggère cet article de Rue89