Open d'Australie : Paire et Rublev à la trappe, Medvedev à sa main... Ce qu'il faut retenir des matchs du jour dans le tableau masculin

Le Français a été trop juste contre Tsitsipas. Le Grec passe en huitièmes de finale, tout comme Daniil Medvedev, très facile samedi à Melbourne, et Marin Cilic qui a surpris Andrey Rublev. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
La joie de Daniil Medvedev après sa victoire Botic Van de Zandschulp au 3e tour de l'Open d'Australie, le 22 janvier. (PAUL CROCK / AFP)

Pas de miracle pour Benoit Paire. En dépit d'un match sérieux, le Français n'a pas pu faire vaciller la statue grecque de Tsitsipas samedi 22 janvier lors du 3e tour de l'Open d'Australie. La tête de série numéro 4 du tournoi poursuit sa route, tout comme Daniil Medvedev, vainqueur sans histoire du Néerlandais Botic van de Zandschulp. Felix Auger-Aliassime, lui, a fait forte impression contre Daniel Evans tandis que l'Américain d'origine française, Maxime Cressy, continue de surprendre. 

Les Français : Paire trop limité

Privé de premières balles, Benoit Paire a fait avec les moyens du bord face à Stefanos Tsitsipas. Et ce qui est rageant c'est que cela a suffi à, parfois, déstabiliser le Grec. De là à dire qu'il y avait la place pour passer en huitièmes de finale, on ne le saura jamais. Ce qui est sûr en revanche, c'est que le Français a eu le mérite de jouer le coup à fond, sans s'éparpiller. 

"Benoît est l'un des joueurs les plus difficiles à battre parce qu'il a beaucoup de talent et qu'il sent très bien le tennis. Alors je suis vraiment très content", a commenté le Grec de 23 ans, demi-finaliste l'an dernier à Melbourne. Il affrontera au tour suivant Taylor Fritz (22e) qui a battu l'Espagnol Roberto Bautista (18e) 6-0, 3-6, 3-6, 6-4, 6-3.

Les favoris : Medvedev, le chasseur de l'ombre

Le Russe avance comme un chat dans le tableau masculin. À pas feutrés mais sûr de son coup. Son jeu même est à l'image du félin : face à Botic van de Zandschulp, Medvedev a souvent semblé ronronner avant de placer subitement les coups de griffes fatals. Tout en souplesse et sans se fatiguer, le chat lorgne maintenant sur les huitièmes où l'attend la souris Maxime Cressy (70e mondial). 

La révélation : Maxime Cressy, vintage mais efficace 

Il est une sorte d'ovni dans le tennis actuel. L'un des derniers Mohicans. Maxime Cressy, né en France mais jouant sous la bannière étoilée des Etats-Unis, pratique le service-volée. Un anachronisme qui, pourtant, peut encore être efficace aujourd'hui. Déjà tombeur de John Isner au tour précédent après un match marathon de 4h10 (7-6, 7-5, 6-7, 6-7, 6-4), Cressy n'a pas dévié de sa ligne de conduite pour se débarrasser du qualifié australien Christopher O'Connell (6-2, 6-7, 6-3, 6-2).

Les outsiders : Auger-Aliassime roule enfin à l'économie, Sinner surmonte sa panne, la surprise Cilic 

Après deux premiers tours acharnés contre Emil Ruusuvuori (6-4, 0-6, 3-6, 6-3, 6-4) et Alejandro Davidovich-Fokina (7-6, 6-7, 7-6, 7-6), Felix Auger-Aliassime a enfin connu les joies d'une victoire aisée. Contre Daniel Evans, le Canadien de 21 ans s'est économisé en balayant le Britannique en trois manches (6-4, 6-1, 6-1). La tête de série numéro 9 du tournoi affrontera au prochain tour Marin Cilic. Belle performance pour le Croate de 33 ans qui a fait parler son expérience pour remporter le bras de fer engagé contre le numéro 6 mondial Andrey Rublev (7-5, 7-6 (7/3), 3-6, 6-3). 

Hormis un étrange soubresaut au second set, Jannik Sinner a rallié les huitièmes de finale en écartant de sa route le surprenant Japonais Taro Daniel (120e et issu des qualifications) 6-4, 1-6, 6-3, 6-1. A 20 ans, la pépite italienne affrontera lundi l'Australien Alex De Minaur (42e) pour tenter de se hisser en quarts, un stade en Grand Chelem qu'il n'a atteint qu'une fois jusque-là, à Roland-Garros en 2020.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Open d'Australie 2023

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.