Open d'Australie : ce que l'absence de Novak Djokovic change au tournoi

Novak Djokovic expulsé faute de visa suite à son ultime audience judiciaire, le tournoi messieurs de l'Open d'Australie s'en trouve chamboulé.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
Novak Djokovic lors de la finale de l'Open d'Australie 2021 contre Daniil Medvedev, le 21 février 2021 à Melbourne (DAVID GRAY / AFP)

Derrière le large dossier "Djokogate" fourmille des tas de petites histoires. Le feuilleton Novak Djokovic s'est conclu, dimanche 16 janvier, par un dernier épisode sans "happy end" pour le Serbe, contraint de manquer l'Open d'Australie après avoir vu l'annulation de son visa confirmée par la Cour fédérale australienne. Sans le numéro un mondial et tenant du titre, le tournoi messieurs du premier Grand Chelem de la saison prend un tout autre visage. Et offre de nouveaux enjeux, importants comme plus anecdotiques, à quelques heures du début du premier tour.

Novak Djokovic pourrait perdre sa place de numéro 1 mondial

Et si pour la première fois depuis deux ans, Novak Djokovic n'était plus sur le trône du circuit ATP ? Patron sans discussion du classement mondial depuis le 3 février 2020, le Serbe n'a fait qu'accentuer, depuis, son avance sur la concurrence, grâce à son appétit de glouton dans les Grands Chelems (trois victoires sur quatre tournois en 2021). Mais le Serbe n'est pas le seul à avoir fait le plein de points ces derniers mois. Battu à l'US Open, puis au Masters de fin de saison, Djokovic perdra les 2000 points de sa victoire lors du dernier Open d'Australie le 28 février prochain (le tournoi avait été décalé de trois semaines en 2021 à cause du Covid-19).

Le Russe Daniil Medvedev, battu en finale l'an passé par Djokovic, et l'Allemand Alexander Zverev, "seulement" quart-de-finaliste en 2021 (et qui pourrait donc récupérer jusqu'à 1640 points au classement ATP en cas de sacre), pourraient ainsi le déposséder de la place de numéro un mondial s'ils remportent le tournoi, dont ils figurent parmi les principaux favoris.

Salvatore Caruso, de l'élimination prématurée à l'appel de dernière minute

Le malheur de Novak Djokovic fait au moins un heureux : Salvatore Caruso. Le joueur italien est l'heureux bénéficiaire du statut de "lucky loser", repêché malgré une défaite lors du dernier tour de qualification. Le 150e joueur mondial affrontera ainsi lundi le Serbe Miomir Kecmanovic, l'adversaire que le tirage au sort avait réservé à Novak Djokovic. S'il n'aura pas droit aux honneurs de la Rod Laver Arena, comme l'aurait eu Djokovic, le Sicilien a de quoi se réjouir de la décision de la Cour fédérale australienne.

Son entrée dans le tableau principal lui assure un joli chèque (environ 65 000 euros) pas négligeable pour un joueur qui peine à perdurer dans le top 100 mondial, et l'occasion d'oublier sa pénible expérience de l'édition 2021. Qualifié pour le 2e tour, il avait dû s'incliner 14-12 au tie-break du cinquième set contre son compatriote Fabio Fognini.

Salvatore Caruso, ici lors des qualifications de l'Open d'Australie contre le Slovène Blaz Rola, le 11 janvier 2022, l'heureux bénéficiaire de l'absence de Novak Djokovic dans le tableau principal (RECEP SAKAR / ANADOLU AGENCY via AFP)

Le timing trop serré dépeuple le haut de tableau

Cinq heures d'audience, trois de délibéré : dimanche, la décision de la justice australienne s'est fait attendre à bien des égards. Outre ses implications juridiques, le timing du jugement avait aussi des conséquences sportives notables. Celui-ci ayant été délivré après l'annonce de l'ordre des rencontres disputées lundi pour le début du tournoi, le tableau ne pouvait plus être changé, à l'exception du remplacement du tenant du titre par Salvatore Caruso. Mais les têtes de série sont restées inchangées, ce qui laisse un haut de tableau bien plus ouvert.

S'il est suffisamment remis de sa blessure, Gaël Monfils (tête de série n°17) pourrait en profiter, lui qui pouvait croiser le fer avec Novak Djokovic en huitièmes de finale. Le Français a un boulevard pour les quarts de finale, avec le Chilien Cristian Garin comme seul joueur au rang plus élevé que lui dans cette partie de tableau (n°16). Autre bénéficiaire de ce bouleversement, l'Italien Matteo Berrettini voit certainement d'un meilleur œil un quart de finale contre le Tricolore ou le Sud-Américain, plutôt que contre celui qui l'avait dominé en finale de Wimbledon la saison dernière.

Si l'annonce du maintien de la suspension de visa de Novak Djokovic était intervenue avant la publication du planning de lundi, les têtes de série auraient été redistribuées. Andrey Rublev (n°5) en aurait profité pour grimper d'un rang et prendre la place de Novak Djokovic (ainsi que son tirage théorique), les quatre premières têtes de série étant réparties dans chaque quart du tableau. Au lieu de cela, le Russe reste dans la partie de Daniil Medvedev, numéro deux mondial et bête noire de Rublev.

Un tournoi du Grand Chelem sans tête de série numéro un, un scénario rarissime

Pour la même raison, Medvedev conserve son matricule n°2. Salvatore Caruso a beau avoir fait du "poste pour poste" avec Novak Djokovic, il n'a pas hérité - comme l'a fait croire un instant le site de l'Open d'Australie – du statut de tête de série numéro 1 du tournoi. Celui-ci reste donc vacant, une situation qui ne s'était produite qu'à trois reprises depuis les débuts de l'ère Open en 1968. Rafael Nadal est le dernier à avoir connu pareil sort, lors de Wimbledon 2009. Avant lui, les deux autres cas avaient eu lieu durant la saison 1999 : Marcelo Rios à l'Open d'Australie, et Pete Sampras à l'US Open. Tous les trois avaient été forfaits juste avant leur premier tour, pour blessure.

Pas de Djokovic, ni de Federer, une première pour Nadal en Grand Chelem

Depuis ses débuts professionnels, Novak Djokovic était un élève exemplaire à Melbourne. Jamais le joueur de Belgrade n'avait manqué la moindre édition depuis 2005, collectant le nombre record de neuf titres à l'Open d'Australie en 17 participations. Son absence cette année offre un autre fait improbable aux annales du tennis. Pour la première fois de sa carrière, Rafael Nadal va disputer un tournoi du Grand Chelem sans Novak Djokovic ni Roger Federer. Depuis ses débuts en Majeur lors de Wimbledon 2003, jamais le Majorquin n'avait été le seul du Big 3 en compétition.

Nadal est par ailleurs le dernier vainqueur à Melbourne encore présent dans le tableau, bien que l'unique titre du Majorquin à Melbourne remonte à treize ans et l'édition 2009. Seuls Novak Djokovic, Roger Federer et Stanislas Wawrinka ont triomphé sur la Rod Laver Arena depuis.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Novak Djokovic

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.