Cet article date de plus de cinq ans.

Matchs truqués dans le tennis : deux arbitres croate et kazakh suspendus

La fédération internationale de tennis a confirmé, mardi, des informations révélées par le quotidien britannique "The Guardian".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un arbitre supervise une rencontre, le 7 juin 2015, à Roland-Garros, à Paris. (JEAN MARIE HERVIO / DPPI MEDIA / AFP)

Deux arbitres de tennis accusés de corruption ont été suspendus au cours de l'année 2015, a annoncé, mardi 9 février, la fédération internationale de tennis, confirmant des révélations du Guardian (en anglais). Quatre autres officiels font l'objet d'investigations.

Le Kazakh Kirill Parfenov a été suspendu à vie, en février 2015, après avoir contacté un officiel en vue de "manipuler le résultat de matchs", indique la fédération. Le Croate Denis Pitner a, lui, écopé d'une peine d'un an, en août, après avoir notamment transmis à un entraîneur une information sur la santé d'un joueur et parié sur des rencontres.

Aucune précision sur quatre autres cas suspects

Selon The Guardian, les faits se sont produits sur le circuit Futures Tour, le plus bas niveau du tennis professionnel, lors de tournois en Europe de l'Est. Ces révélations font suite à celles de la BBC et de BuzzFeed, juste avant le début de l'Open d'Australie, en janvier, portant sur des soupçons de matchs truqués.

"Afin de ne causer aucun préjudice en vue de prochaines auditions, nous ne pouvons faire aucune révélation publique sur la nature ou les détails" des enquêtes impliquant quatre autres officiels, poursuit la fédération. "Si l'un des officiels devait être reconnu coupable, cela serait annoncé publiquement."

Des paris en direct

Selon The Guardian, ces personnes avaient volontairement tardé à valider les points sur leurs tablettes lors de matchs sous leur supervision pour permettre à des parieurs de placer leurs mises en sachant déjà ce qu'il s'était passé. Certains auraient même directement prévenu des complices entre le point et sa validation.

Depuis un accord passé en 2012 entre la fédération internationale de tennis et la société Sportradar, il est désormais possible de parier en direct sur des rencontres mineures du circuit.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tennis

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.