Cet article date de plus de huit ans.

Simon stoppé en quart à Miami

Le parcours de Gilles Simon au Masters 1000 de Miami s'est achevé mercredi soir. La tête de série N.11 a été éliminée en quarts de finale du tournoi floridien sur dur par l'Allemand Tommy Haas (N.15). Ce dernier surfe sur la vague du succès après avoir sorti au tour précédent le N.1 mondial Novak Djokovic.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Gilles Simon (MIKE EHRMANN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

"Je suis tellement content, c'est fou, a dit Haas, âgé de 35 ans. Je suis vraiment très  heureux de ma façon de jouer, j'ai encore réussi à faire une belle sortie face  à un grand joueur après l'une des victoires les plus belles de ma carrière." Haas qui est le plus vieux joueur du Top 50 mondial, n'avait plus atteint une demi-finale de Masters 1000 depuis 2006 à Paris-Bercy. Il n'avait  d'ailleurs jamais atteint le dernier carré à Miami en douze participations. Il devient en outre le plus vieux joueur à atteindre le dernier carré d'un  Masters 1000 depuis l'Américain Andre Agassi en août 2005 à Montréal.

Simon n'a pas manqué de féliciter son adversaire. "Tommy a fait un match impeccable, dans la lignée de ses matches  précédents. Je pensais lui poser plus de problèmes que ça, je voulais le faire  beaucoup jouer car je sais qu'il peut être impatient parfois. Lors de nos rencontres précédentes, il avait tendance à partir à la faute au bout de cinq ou six coups mais ce soir, j'avais l'impression qu'il était bien tout le temps,  en défense et en attaque, sur les échanges longs comme sur les phases courtes. Il a vraiment fait un super match", a résumé le Français. "Dans ces cas là, il faut beaucoup mieux  servir que je l'ai fait. J'ai dit à Arnaud (Clément, capitaine de l'équipe de  France de Coupe Davis) dans le vestiaire que j'avais l'impression d'avoir en  face de moi Murray en défense et Federer en attaque", a-t-il ajouté.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Masters 1000

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.