Cet article date de plus de cinq ans.

Coupe Davis : si la Guadeloupe n'en veut pas, la Martinique est prête

Où va se dérouler le premier tour de coupe Davis de tennis, début Mars, entre l'équipe de France dirigée par Yannick Noah et le Canada ? Le vélodrome de Baie-Mahault a été retenu par la Fédération française de tennis mais le nouveau président de la région Guadeloupe estime que la facture est trop salée. La Martinique pourrait prendre le relais.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Illustration ©REUTERS/Stefan Wermuth)

La Martinique se tient prête. Si d’aventure la Guadeloupe refuse d’accueillir la coupe Davis début mars, l’île des Antilles souhaiterait en récupérer l’organisation. Pour le président de la ligue de tennis de Martinique, Germain Soumbo, il serait "regrettable" qu’un tel évènement "se déroule hors des Antilles". D'ailleurs, la ville de Fort de France avait déjà candidaté avant que la Guadeloupe ne soit retenue.

A LIRE AUSSI ►►► La Coupe Davis en Guadeloupe ? Pas si sûr...

 

Germain Soumbo reconnait que la collectivité territoriale de Martinique devrait en partie prendre en charge l'organisation de cet évènement et ne dit pas s'il a, ou non, l'appui de la nouvelle majorité qui comme en Guadeloupe a changé. De toute façon, pour que la rencontre ait lieu en Martinique, il faut déjà que la Guadeloupe jette officiellement l'éponge ce qui n’est pas encore le cas.

Quatre millions d'euros au lieu d'un million et demi 

Après ses déclarations, Ary Chalus, le nouveau président de la région Guadeloupe se fait un peu tirer l'oreille. Il fera connaitre sa décision définitive lundi seulement, lors d’une conférence de presse. Il ne veut pas parler avant. Pour le nouveau président de région, organiser ces fameux matchs couterait à sa collectivité trois fois plus cher que prévu, au moins quatre millions d’euros contre un million et demi prévu initialement.

 

Le gouvernement a déjà prévenu par la voix du ministre des Sports Patrick Kanner qu’il n’était pas question pour l'état de payer les éventuels aménagements permanents du stade vélodrome devant accueillir la compétition, en Guadeloupe.

"Il est un peu trop tôt pour dire que cela coûtera 4 millions" estime le ministre des Sports Patrick Kanner
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tennis

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.