Roland-Garros 2021 : comment Djokovic s'est défait de Tsitsipas, les chiffres à retenir

Novak Djokovic a triomphé pour la deuxième fois de sa carrière à Roland-Garros, en renversant Stefanos Tsitsipas en finale, dimanche, malgré la perte des deux premiers sets.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Novak Djokovic durant la finale de Roland-Garros 2021 contre Stefanos Tsitsipas, le 13 juin 2021 (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Il avait perdu le premier set contre Rafael Nadal en demi-finale. Il a été mené deux manches à rien, dimanche 13 juin, par Stefanos Tsitsipas. Mais cette année à Roland-Garros, Novak Djokovic était décidément intouchable. Même mal embarqué, le n°1 mondial a su trouver les ressources et les solutions pour se défaire du Grec, qui l'a pourtant longtemps regardé droit dans les yeux. On dit que les chiffres ne mentent pas. Voici ceux qu'il faut retenir de ce match de haut niveau.

78% de points gagnés au 1er service : impitoyable Djoker

Novak Djokovic n'est pas le serveur le plus puissant du circuit. Mais à défaut d'affoler les radars, le Serbe sait comment  mettre ses adversaires le plus en difficulté possible sur son engagement. Par sa capacité à trouver des zones compliquées, à varier les effets, Djokovic a continuellement mis en difficulté Stefanos Tsitsipas, au point de ne perdre que trois points sur son service dans le 4e set. Même la pression ne l'a pas fait faiblir, les quatre derniers points du match ont été la suite d'un premier service du Serbe. 71 points gagnés sur son 1er service, c'est 24 de plus que la moyenne par joueur sur le tournoi. Disputer cinq sets aide. Mais la longueur du match n'explique pas à elle seule cette réussite exceptionnelle.

8 victoires sur les 9 derniers matchs en cinq sets : Djokovic, le marathonien

Même quand il est mené deux sets à zéro, parier contre Novak Djokovic est loin d'être une bonne idée. Demandez à Lorenzo Musetti, qui a cru un temps faire flancher le n°1 mondial en 8es de finale. Djokovic est probablement le joueur le plus endurant du circuit, celui en tout cas le plus à même d'enchaîner inlassablement les efforts. Lors de ses neuf derniers matchs disputés en cinq sets, "Nole" en a remporté huit, seul Dominic Thiem l'a battu en demi-finale en 2019. Non seulement le joueur de Belgrade ne s'épuise pas, mais son style de jeu est, lui, éreintant pour ses adversaires. Tsitsipas a payé pour voir, terminant le match plus entamé que le vainqueur du jour. Ce n'est pas pour rien que Djokovic est numéro un historique des matchs remportés en cinq sets en Grand Chelem (32, pour 9 défaites).

4h11 : la durée magique

Novak Djokovic est allé chercher sa deuxième Coupe des mousquetaires au terme d'une deuxième semaine particulièrement chargée. Sa victoire déjà légendaire contre Rafael Nadal en demi-finale restera peut-être comme le sommet de cette quinzaine, pour son poids historique et le niveau de jeu exceptionnel produit par les deux hommes. Mais revenir de deux sets à zéro en finale contre le meilleur joueur sur terre battue depuis le début de saison n'en est pas moins sensationnel. Comme vendredi contre Nadal, Djokovic est sorti vainqueur d'un combat magnifique d'intensité et à la durée strictement identique : 4 heures et 11 minutes. Le hasard fait parfois très bien les choses.

2 victoires sur 13 tentatives pour les débutants en finale 

Etre tennisman dans les années 2000 / 2010 et maintenant 2020 est synonyme d'un affrontement presque systématique contre un des trois monstres du circuit : Rafael Nadal, Roger Federer, et donc Novak Djokovic. Pour sa première finale en carrière en Grand Chelem, Stefanos Tsitsipas a bien cru être enfin le joueur de la nouvelle génération capable de faire déjouer les chiffres. Mais le Grec a été ramené à la réalité par son adversaire, qui a su hausser sa qualité de jeu à partir du troisième set pour renverser la situation. Des treize joueurs à avoir disputé une première finale de Majeur contre le trio d'ogres, seuls Juan Martin del Potro à l'US Open en 2009 (contre Roger Federer) et Stan Wawrinka à l'Open d'Australie en 2014 (face à Rafael Nadal) sont sortis vainqueurs. Perdre contre Djokovic dimanche avait des airs d'examen de passage nécessaire pour Tsitsipas, avant de vouloir s'affirmer parmi les nouveaux cadors du circuit.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers ATP

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.