Les embouteillages au sommet de l'Everest ont fait sept morts parmi les alpinistes

La haute saison bat actuellement son plein sur la montagne de 8 848 m, au point que des files d'attente d'alpinistes se forment à proximité du sommet.

Des alpinistes font la queue pour gravir l\'Everest, le 22 mai 2019.
Des alpinistes font la queue pour gravir l'Everest, le 22 mai 2019. (PROJECT POSSIBLE / AFP)

Cela porte à sept le nombre de morts cette saison sur le toit du monde. Trois nouveaux alpinistes ont péri sur l'Everest, ont annoncé vendredi 24 mai des organisateurs d'expéditions. La fréquentation y est croissante et crée de dangereux embouteillages en "zone de la mort".

La haute saison bat en effet son plein sur la montagne de 8 848 m, au point que des files d'attente d'alpinistes se forment à proximité du sommet. Des photos impressionnantes montraient ces derniers jours une longue file d'alpinistes emmitouflés piétinant en crampons les uns derrière les autres sur l'arête menant au sommet.

L'Indienne Kalpana Das, 52 ans, avait atteint jeudi après-midi la cime mais elle est morte tandis qu'elle descendait. Son compatriote Nihal Bagwan, 27 ans, a aussi trouvé la mort sur le chemin du retour. "Il était coincé dans l'embouteillage pendant plus de douze heures et était épuisé. Des guides sherpas l'ont ramené au camp 4 mais il a rendu son dernier souffle là-bas", a relaté Keshav Paudel de l'agence Peak Promotion. De l'autre côté de la montagne, un alpiniste autrichien de 65 ans est mort sur la voie tibétaine, moins fréquentée que la népalaise, a annoncé son organisateur d'expédition.