Coupe du monde de ski alpin : première victoire de la saison pour Clément Noël sacré à nouveau sur le slalom de Chamonix

Le Français Clément Noël a remporté la septième victoire de sa carrière, et surtout sa première cette saison, à Chamonix ce samedi, plus d'un an après son dernier succès en Coupe du monde, sur cette même piste. Il termine devant le Suisse Ramon Zenhausern (+0''16) et l'Autrichien Marco Schwarz (+0''19).
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le Français Clément Noël en action lors du slalom de Chamonix samedi 30 janvier 2021. (JEFF PACHOUD / AFP)

Il peut souffler. Voilà Clément Noël vainqueur pour la première fois cet hiver, près d'un an après son dernier succès, à Chamonix aussi. Lentement mais sûrement, il digère son début de saison en dents de scie. Si c’est un soulagement, ce n’est pas une surprise : le jeune skieur français avait réalisé deux podiums sur ses trois dernières courses, et son triomphe à Chamonix n’est que logique au vu de son niveau ces dernières semaines.

Alexis Pinturault a de son côté assuré l’essentiel en terminant à la huitième place. Certes, il restait sur deux podiums en slalom (troisième à Flachau puis à Schladming mardi) et pouvait éventuellement viser un peu plus haut. Mais son objectif principal reste le gros globe de cristal. Et avec ce nouveau top 10, Alexis Pinturault porte son avance à 266 points sur son dauphin Marco Odermatt

De la constance, enfin ! 

Tout n’a pas été facile pour Clément Noël : il a fallu déloger le Suisse Luca Aerni, auteur d’une remontée fantastique ce samedi, passé de l’avant-dernière place en première manche à la quatrième, à l'issue du second tracé. Puis contenir le solide Ramon Zenhausern (deuxième, à 0"16) et le dossard rouge de la spécialité Marco Schwarz (troisième, à 0"19). Il a également dû maîtriser une piste abîmée par la pluie depuis jeudi, ce que n’a pas vraiment pu faire Victor Muffat-Jeandet, seulement 13e ce samedi. 

Surtout, le jeune Français a vaincu ses démons. Il avait réalisé de belles premières manches cette saison, mais, à chaque fois, il s’était effondré en deuxième manche, croulant sous la pression. Est-ce le fait de n’être "que" troisième sur le premier tracé qui lui a permis de se lâcher comme il en a l’habitude ce samedi ? Rien n’est certain.

Qu’importe après tout : s’il devait encore refermer le portillon lors de ses prochaines courses – c’est-à-dire, après la deuxième course de Chamonix ce dimanche, les Mondiaux de Cortina (8-21 février), rien que ça ! - il aura désormais le souvenir de cette pression bien domptée à Chamonix, ce samedi 30 janvier. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Coupe du monde de ski alpin

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.