Sècheresse : les terrains de sport, les golfs et les hippodromes contraints de fermer un peu plus les robinets dans les régions en crise

Le gouvernement a adressé aux préfets, mercredi, la liste des nouvelles restrictions appliquées dans les régions de France concernées par la "crise sècheresse".
Article rédigé par franceinfo: sport avec AFP
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 1 min
L'arrosage des terrains de sport, un enjeu dans un moment où les risques de sècheresse sont élevés (photo d'illustration). (MAXPPP)

Les terrains de sport et les hippodromes nécessaires aux principales compétitions ne pourront plus être arrosés en journée dans les territoires en état de "crise sécheresse", selon les nouvelles règles du gouvernement, adressées, mercredi 17 mai, aux préfets.

L'arrosage est déjà totalement interdit sur les terrains sportifs dans les territoires concernés par des arrêtés de "crise sécheresse" mais aussi entre 11 heures et 18 heures pour les zones placées en "alerte" ou "alerte renforcée" , mais les terrains d'entraînements et de compétitions "à enjeu national ou international" bénéficiaient auparavant d'une dérogation complète. Cette dérogation devra désormais "prévoir un arrosage réduit de manière significative et interdit entre 9 h et 20 h", précise le nouveau "Guide sécheresse" du gouvernement, qui indique aux préfets les mesures de restrictions d'usage de l'eau à prendre en fonction des trois différents degrés d'alerte (alerte, alerte renforcée, crise).

Une dérogation pour les golfs, contraints néanmoins de réduire de 80% les volumes d'eau habituels

Au niveau de crise, les golfs continuent aussi de bénéficier d'une dérogation pour les seuls greens. Mais pour un arrosage désormais "réduit à 350 m3/semaine maximum par tranche de 9 trous" tout en assurant une "réduction d'au moins 80% des volumes habituels", contre au moins 70% auparavant.

Selon un état des lieux réalisé par le ministère de l'Ecologie au 16 mai, plusieurs départements ou zones au sein d'un département ont déjà fait l'objet d'arrêtés préfectoraux de "crise" ou d'"alerte renforcée".. C'est notamment le cas de la majeure partie du département des Pyrénées-Orientales, dont l'arrêté "crise sècheresse" a été pris le 10 mai et court jusqu'au 13 juin.

Les carte des territoires en Métropole, établie au 16 mai 2023, qui risquent de subir la sècheresse durant l'été. (MINISTERE DE L'ECOLOGIE)

Mais surtout, d'ici la fin de l'été, le ministère a établi une carte des zones à risque de sècheresse, les classant de "possible" à "très probable". Tout le territoire est concerné.

Consultez lamétéo
avec
voir les prévisions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.