Sarah Ourahmoune sera la première boxeuse française aux Jeux Olympiques

A 34 ans, la boxeuse Sarah Ourahmoune a été sacrée championne de France, de l’Union européenne et du monde. A Rio, elle va réaliser son rêve devenant la première Française à boxer aux Jeux Olympiques.

(Sarah Ourahmoune sur le ring de son club de boxe, le Boxing Beats © Radio France / Géraldine Hallot)
avatar
Géraldine HallotRadio France

Mis à jour le
publié le

Sarah Ourahmoune est une boxeuse de 34 ans au palmarès impressionnant, dix fois championne de France poids plume, trois fois championne de l'Union européenne et une fois championne du monde en 2008. Sélectionnée pour Rio, elle sera la première boxeuse française à disputer les Jeux Olympiques, le rêve de toute une vie.

Tout commence au "Boxing Beats" d'Aubervilliers, près de Paris, un club de boxe anglaise très renommé dont la devise est : "Par le poing naît l'espoir, de l'espoir naît l'histoire".

Sarah Ourahmoune, petit brin de femme au regard de chat,  les muscles sculptés par 20 ans de boxe avait échoué à se qualifier pour les Jeux de Londres en 2012, alors que la boxe féminine venait enfin de faire son entrée parmi les disciplines olympiques, un crève-cœur. Aujourd'hui qualifiée dans la catégorie poids mouches, soit les moins de 51 kilos, la boxeuse savoure sa revanche.

"Ça fait huit ans que je me lève tous les matins en pensant aux Jeux, c’est fou de me dire que je vais y être après tant d’entraînement. Quand j’étais petite, je regardais les Jeux de Barcelone de 92 et je disais à ma mère que je voulais y aller pour réaliser des exploits. "

Sarah Ourahmoune, 34 ans, et première boxeuse française aux Jeux Olympiques de Rio - Un reportage de Géraldine Hallot
--'--
--'--

La boxe, un sport d'abord réservé aux hommes

En 1996, quand Sarah Ourahmoune enfile ses gants de boxe pour la première fois, la boxe féminine n’existait pas.

"A l’époque les combats n’étaient pas autorisés. Quand j’ai commencé c’était compliqué, j’avais des remarques des hommes qui me disaient de tenter plutôt la gym ou la danse. Mais le fait de me voir tenir comme eux les a convaincu que j’avais ma place. "

Aujourd'hui, la boxeuse vit son rêve, mais elle ne vit pas de la boxe. A côté des entraînements, elle a monté une entreprise avec son mari, ils donnent des cours de boxe en entreprise.

"C’est très difficile de vivre de la boxe, il y a pas beaucoup de sponsoring, ce n’est pas très médiatisé. On ne vit pas de boxe, c’est pour ça que j’ai un autre métier. Ça me permet aussi de préparer l’après boxe."

Sarah Ourahmoune arrêtera la boxe de haut niveau après les Jeux olympiques. Avant de raccrocher, elle espère devenir la première Française à gagner un titre olympique en boxe féminine. Elle nous donne rendez-vous le 12 août, le jour de son entrée en compétition.