Cet article date de plus de sept ans.

Sagnol : "une fin heureuse"

Le sélectionneur de l'équipe de France Espoirs, Willy Sagnol, était soulagé après cette sixième victoire consécutive face au Bélarus en éliminatoires de l'Euro 2015. S'il a regretté le manque de justesse de ses joueurs, cette issue favorable pour cimenter un peu plus son groupe qui apprend à se connaître et qui a du intégrer quelques nouveaux lors de cette rencontre.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

Willy Sagnol : "Match compliqué, fin heureuse, oui on peut résumer ce match comme ça même si on a eu énormément de situations favorables. On a manqué de justesse technique dans le dernier geste. On savait que ça allait être un peu difficile car il y avait beaucoup de nouveaux à intégrer et des problèmes de rythmes différents entre ceux jouent et ceux qui jouent moins. Notre première période a été très compliquée, on s'est mis en difficulté tout seuls par notre absence d'engagement. On a joué beaucoup trop lentement par rapport à ce que demande un match international. En 2e période on a vu une autre équipe de France, qui a poussé, essayé de mettre de la vitesse dans son jeu. On aurait dû être récompensés beaucoup plus tôt. Au niveau de la situation comptable, on ne peut être que satisfaits".

"Après il y a la situation globale: on a utilisé énormément de joueurs, certains ont donné plus satisfaction que d'autres, c'est pareil dans toutes les équipes. Le prochain match est dans 6 mois, c'est donc compliqué de former des groupes et des équipes. Le sentiment de satisfaction prédomine car on a quasiment validé  notre billet (pour les barrages de l'Euro-2015). Gagner difficilement permet de cimenter le groupe. Mais cela prouve que rien n'est jamais acquis. En octobre, on sera dans une meilleure situation  car les organismes seront frais. Mais je ne sais pas quel groupe on aura. Les barrages ? C'est difficile 6-7 mois d'avant d'en parler."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.