Tournoi des six nations : "C'est extraordinaire de vivre des moments comme ça", savoure Cyril Baille après la victoire contre le pays de Galles

Le pilier gauche du XV de France Cyril Baille estime que la victoire française contre le pays de Galles (32-30) samedi 20 mars va aider l'équipe à grandir.

Article rédigé par
Fanny Lechevestrier - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le pilier gauche du XV de France Cyril Baille célèbre la victoire française contre le Pays de Galles avec l'arrière Brice Dulin, le 20 mars 2021 au Stade de France. (FRANCK FIFE / AFP)

"C'est extraordinaire de vivre des moments comme ça", a confié à franceinfo le pilier gauche du XV de France Cyril Baille, au lendemain de la victoire française contre le pays de Galles (32-30) dans le tournoi des six nations, au terme d'un match complètement fou. Les Bleus ont sur renverser une situation qui semblait désespérée grâce notamment à leur "cohésion", estime le Toulousain. Grâce à ce succès, les Français peuvent encore espérer remporter le Tournoi des Six Nations.

franceinfo : Vingt-quatre heures après ce match complètement fou, qu'est-ce qu'il en reste pour vous ?

Je pense que ce sont des matchs qui restent gravés longtemps. Un match fou. Je pense que tout le monde l'a vécu et on l'a senti après le match avec tous les messages de soutien. Malheureusement, à cause de la crise on n'a personne dans les stades mais voir ce soutien là nous fait chaud au coeur. On joue aussi pour eux. On a quand même une chance inouïe de représenter la France, le rugby français. Il faut aussi qu'on soit solidaire entre nous, on est tous copains. Et ça se résume bien sur le terrain. C'est là qu'on va chercher cette force mentale. C'est extraordinaire de vivre des moments comme ça. 

En quoi, justement, ce match va marquer ? 

C'est le genre de match qui confirme notre cohésion, le fait qu'on s'entende tous bien ensemble. Ça valide surtout une progression et tout le travail qu'on fait aussi. Parce que la semaine, c'est très intensif. On lâche rien et le fait de gagner ce genre de match nous aide vraiment à grandir. 

Votre capitaine Charles Ollivon a encore fait un gros boulot hier. Il a su trouver les mots ? 

Charles, c'est quelqu'un d'impressionnant dans le groupe. C'est un leader de combat, de jeu et surtout dans la vie de groupe où il arrive à fédérer tout le monde. Je suis vraiment très content d'avoir un capitaine comme lui et de jouer avec lui. C'est quelqu'un de très rassurant qui amène toute l'équipe. Franchement, chapeau à lui pour ce qu'il fait parce que c'est vraiment pas facile et il le fait vraiment avec un grand succès.

A titre personnel, il y a ces mots de Fabien Galthié qui vous qualifie de l'un des meilleurs piliers gauche du monde. Ça vous touche ? 

Bien sûr, ce sont des mots qui font plaisir à entendre, mais il ne faut pas s'arrêter là. Il faut continuer à travailler. Je joue pilier, je sais très bien que d'un week-end à l'autre, ça peut être très compliqué, surtout avec les mêlées. C'est clair que ça fait plaisir à entendre, mais j'ai encore beaucoup de travail. 

Maintenant il y a l'Ecosse qui arrive dans cinq jours seulement. Vous vous sentez prêt à relever ce nouveau défi, à réaliser encore un exploit ?

On est prêts. On a envie de faire un bon match. On va vite se remettre au boulot parce qu'on n'a pas beaucoup de jours de travail. On va tout donner sur le terrain. Je pense que c'est notre maître-mot de tout donner. On a quelque chose de beau à aller chercher donc ça se jouera aussi dans la tête. Rien n'est impossible. On sait que les matchs sont très difficiles mais on va y aller déjà pour faire un grand match et après, on verra, tout en restant humble.

Pas de regrets, Cyril, d'avoir arrêté le football ? 

Avec les moments que je vis en ce moment, franchement, non. C'est un sport que j'aime bien regarder mais on vit quand même des moments extraordinaires avec ce groupe. C'est assez incroyable.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Rugby

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.