Équipe de France de rugby : "Les joueurs ont effacé dix ans de frustration", estime Raphaël Ibañez

Le manager de l'équipe de France était l'invité de franceinfo dimanche matin. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Raphaël Ibañez en novembre 2019.  (L. THEILLET / MAXPPP)

"Les joueurs ont effacé dix ans de frustration", a affirmé fièrement Raphaël Ibañez, manager de l'équipe de France, dimanche 23 février sur franceinfo. Il réagissait à la victoire, la veille, des Bleus face au Pays de Galles 27 à 23. "On a senti plus qu'une sélection, c'est ça qui symbolise selon moi cette victoire face aux Gallois", a affirmé Raphaël Ibañez.

"On a dit aux joueurs : en l'espace de 80 minutes, sur un match avec autant de courage et de constance, vous avez effacé dix ans de frustration", poursuit Raphaël Ibañez alors que les Bleus ne s'étaient pas imposés au Millennium Stadium, stade mythique des Gallois à Cardiff, depuis une décennie. C'était en 2010, date aussi du dernier grand chelem réalisé par le XV de France dans le Tournoi des six nations, c'est-à-dire finir le tournoi sans perdre un seul match.

Notre ambition, c'est de revenir une nation majeure du rugby mondial. Nous sommes sur le bon chemin, mais cette histoire est récente. Avec Fabien Galthié, on a compté : elle a commencé il y a onze entrainements à haute intensité et trois matchs. Elle se construit

Raphaël Ibañez

à franceinfo

À travers ces beaux résultats, Raphaël Ibañez n'oublie pas les clubs de Top 14, qui pour certains d'entre eux jouaient sans leurs cadres ce weekend. Une relation qui a connu des hauts et des bas ces dernières années. "Il y a un lien évident qui est en train de se créer avec les clubs de Top 14. Ça nous permet de nous entrainer à 42 joueurs, de les entrainer à haute-intensité." Les années précédentes, le sélectionneur de l'équipe de France ne pouvait sélectionner que 31 joueurs.

"Cette équipe est en train d'incarner quelque chose", répète le manager du XV de France.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.