Top 14 : Toulouse s'offre une victoire historique contre Bordeaux-Bègles et décroche un 23e titre de champion de France

Récemment couronnés champions d'Europe, les Toulousains décrochent leur troisième doublé face à des Bordelo-Béglais totalement impuissants, qui ont subi la plus large défaite (59-3) de l'histoire en finale du championnat de France
Article rédigé par franceinfo: sport
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Les joueurs du Stade toulousain célébrant leur 23e titre après la finale de Top 14 remportée contre l'UBB à Marseille, le 28 juin 2024. (NICOLAS TUCAT / AFP)

Une humiliation. Les Bordelo-Béglais ne sont pas parvenus à stopper le rouleau compresseur toulousain dans une finale à sens unique. Le Stade toulousain, porté par son capitaine Antoine Dupont, a emporté son 23e bouclier de Brennus, vendredi 28 juin, en s'imposant sans difficulté à Marseille face à l'Union Bordeaux-Bègles (59-3). Avec neuf essais, les Toulousains s'offrent la plus large victoire de l'histoire en finale du championnat de France. 

Leur envie d'aller aplatir était manifeste dès l'entame de la rencontre. Sans réelle opposition, le Stade toulousain a logiquement ouvert le score dès la 6e minute grâce à Antoine Dupont (7-0). À l'image d'autres joueurs déchaînés comme Jack Willis et Alexandre Roumat, les efforts offensifs n'ont pas tardé à porter de nouveau leurs fruits. Et même doublement, moins de quinze minutes plus tard, avec un essai signé Peato Mauvaka (15-3, 20e), suivi par un très beau coup de pied par-dessus d'Antoine Dupont (22-3, 23e), qui y est allé de son doublé avant la demi-heure de jeu.

L'UBB a craqué en fin de match

Impitoyables et insatiables, les Toulousains n'ont éprouvé aucune pitié pour des Bordelo-Béglais tirant la langue après être passés par les barrages. Si le rythme de la rencontre s'est ensuite considérablement ralenti après la pause, conséquence de l'impuissance de l'UBB à exploiter les failles dans le jeu de Toulousains gestionnaires.

Il a fallu attendre l'heure de jeu pour voir le match basculer de nouveau dans une cadence infernale pour l'UBB. Thomas Ramos, magistralement servi par une passe au pied de Romain Ntamack, a inscrit le quatrième essai de la rencontre (30-3, 63e), rapidement imité par Julien Marchand à la 68e minute 35-3) et Blair Kinghorn deux minutes plus tard (42-3).

Romain Ntamack réussit à passer dans un trou de la défense de l'UBB, Thomas Ramos vient prendre le ballon après le coup de pied rasant et vient aplatir. Il manque la transformation. Le Stade Toulousain mène 30 à 3.
Finale : le Stade Toulousain confirme sa supériorité avec un essai de Thomas Ramos Romain Ntamack réussit à passer dans un trou de la défense de l'UBB, Thomas Ramos vient prendre le ballon après le coup de pied rasant et vient aplatir. Il manque la transformation. Le Stade Toulousain mène 30 à 3.

Alors qu'il ne restait plus que dix minutes à jouer, les Bordelo-Béglais croyaient leur supplice terminé. Mais c'était sans compter sur ce collectif toulousain, qui s'est régalé jusqu'au bout de la rencontre. Thomas Ramos (47-3, 74e), David Ainu'u (54-3, 79e) et Ange Capuozzo, auteur d'une course folle (59-3, 80e+2), ont encore aggravé le score. Têtes baissées, les Bordelo-Béglais se sont montrés brouillons, sans inspiration et constamment à contretemps, dominés par un Stade toulousain qui évoluait dans une autre dimension. 

Une saison "incroyable" pour les Toulousains

Les Toulousains ont donc conservé le bouclier de Brennus, leur 23e. Avec cette victoire historique, les joueurs d'Ugo Mola décrochent même leur troisième doublé après 1996 et 2021, puisqu'ils ont aussi été sacrés pour la sixième fois champions d'Europe il y a un peu plus d'un mois.

C'est "une saison incroyable", a salué Antoine Dupont, l'homme du match. "Il faut qu'on arrive à savourer ce moment, et se rendre compte de ce qu'on a fait ce soir", a déclaré le demi de mêlée, alors qu'il va rejoindre dans une semaine l'équipe de France de rugby à 7, en lice pour les Jeux olympiques de Paris 2024. Avec une confiance au beau fixe.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.