Cet article date de plus d'un an.

Tournoi des 6 Nations : le pilier gallois Wyn Jones accuse la mêlée française de tricher

Avec un déplacement dans le mythique Principality Stadium de Cardiff, les Bleus s’apprêtent à découvrir sans doute le plus beau stade de rugby du monde et son ambiance extraordinaire. S’ils ne sont pas encore arrivés en terre galloise, les Bleus sont déjà dans le viseur du dernier vainqueur des 6 Nations. En conférence de presse, le pilier Wyn Jones a lancé les hostilités en accusant la mêlée française de tricherie.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
 (BRIAN LAWLESS / MAXPPP)

À trois jours du match entre le pays de Galles et la France, Wyn Jones le pilier du XV du Poireau vient de tirer à balles réelles sur les Bleus. Le joueur des Scarlets a déclaré s’attendre à ce que les Français "trichent" en mêlée dans des propos rapportés par The Guardian

"La France a un gros pack mais probablement peu discipliné, surtout en mêlée" a déclaré Wyn Jones. "Nous savons qu'ils vont frapper et tricher. C'est quelque chose dont nous sommes pleinement conscients et que nous devrons affronter ce jour-là. Ils voudront pousser avant (l'introduction) et nous perturber. Il faudra se concentrer sur nous-mêmes, neutraliser leur indiscipline et espérer qu'ils ne s'en sortiront pas comme ça."

L’entraîneur des avants gallois, Jonathan Humphreys, en a lui-même rajouté une couche : "La mêlée est un travail en cours pour nous et il y a eu de très bonnes choses. Mais lorsque vous avez affaire à des piliers qui inclinent des mêlées, cela crée de l'instabilité et des problèmes. La France aime exercer une domination par ses avants, mais les règles sont claires : il faut pousser droit. [...] J'espère que ce sont des points sur lesquels les arbitres deviendront de plus en plus durs."

Des victoires galloises pas toujours nettes

Sur les dix dernières années, les Bleus ne se sont, certes, imposés que trois fois contre les Gallois, mais la plupart du temps, les Dragons Rouges ont remporté la victoire de manière étriquée. Avec seulement 6,4 points d’écart par match (le plus gros écart est de tout de même de 21 points lors de la défaite 27-6 en 2014), il est difficile d’affirmer que le pays de Galles roule sur le XV de France.

Alors oui, la mêlée française n’est pas réputée pour être la plus fiable de ces dernières années. On se souvient tous de ce fameux match de 100 minutes en 2017 marqué par des mêlées à répétitions dans les arrêts de jeu. La France s’était finalement imposé 20-18 mais la FFR avait reçu un blâme de la part du Comité des 6 Nations, pour avoir détourné un protocole commotion permettant à Rabah Slimani plus solide en mêlée de remplacer Uini Atonio.

Quand la mêlée s’emmêle 

Mais aujourd’hui la donne semble différente ! La France affiche un nouveau visage à l’image d’une génération qui répond présent sur le terrain. Si tout n’est pas parfait pour autant, cette réputation de tricheur colle aux basques des piliers français. Dernier symbole en date, Rabah Slimani (encore lui) à qui on a longtemps reproché  de pousser en travers mais surtout de mal se lier à son vis-à-vis. Une fourberie qui permettrait de prendre le dessus à l'impact, de faire écrouler son adversaire et ainsi obtenir la pénalité.

Mais si le staff du pays de Galles, et plus particulièrement le sélectionneur Wayne Pivac, ont déclaré avoir l’intention d’évoquer ce sujet avec celui qui dirigera la rencontre, l’arbitre anglais Matt Carley, les Gallois sont la deuxième équipe la plus pénalisée en mêlée avec 4 pénalités concédées lors des deux premiers matches du Tournoi…Seul bémol, la France est première avec 5 pénalités offertes.

Si les premières étincelles de ce match fusent déjà, rappelons toutefois que le dernier Jones à avoir fait une déclaration avant le match s'en est bien mordu les doigts par la suite...

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Six nations

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.