Rugby : la perte de connaissance du jeune ailier Samuel Ezeala jette un froid lors du match Racing-Clermont

Evacué sur civière après un choc violent, il a finalement repris connaissance.

Le jeune rugbyman de Clermont Samuel Ezeala traité par les soigneurs après avoir perdu connaissance à la suite d\'un violent choc, lors d\'un match contre le Racing 92 à Nanterre (Hauts-de-Seine), le 7 janvier 2018.
Le jeune rugbyman de Clermont Samuel Ezeala traité par les soigneurs après avoir perdu connaissance à la suite d'un violent choc, lors d'un match contre le Racing 92 à Nanterre (Hauts-de-Seine), le 7 janvier 2018. (STEPHANE ALLAMAN / AFP)

"Je n'ai jamais vu ça sur un terrain. On a tous eu peur", a résumé le capitaine de Clermont Damien Chouly, dimanche 7 janvier, après la perte de connaissance de son coéquipier Samuel Ezeala, après un violent choc lors d'un match de Top 14 sur le terrain du Racing 92. Un incident qui relance le débat sur le danger des chocs, et notamment des commotions cérébrales, pour les rugbymen.

Le joueur "récupère de son K.-O."

Après un plaquage tête en avant sur le joueur du Racing Virimi Vakatawa, le jeune espoir de 18 ans a été caché par des draps blancs sur le terrain pendant que les secouristes s'affairaient à son chevet pendant une dizaine de minutes. Évacué sur civière, il a fini par reprendre connaissance "et bouge normalement", a expliqué son club sur Twitter. "Il récupère de son K.-O. et sera transporté rapidement dans un hôpital parisien pour tous les examens d'usage."

"Il est conscient, il bouge", a déclaré le directeur sportif Franck Azéma, visiblement affecté, en conférence de presse. "On a eu très peur, tous. Quand tu mets un gamin de 18 ans, tu n'as pas envie de voir une première comme ce soir." Samuel Ezeala disputait en effet son premier match professionnel. "Ce n'est pas quelque chose qu'on a envie de voir sur un terrain de rugby. Nulle part d'ailleurs", a poursuivi son coéquipier Damien Chouly. 

Lundi, sur Twitter, l'ASM Clermont Auvergne a assuré que le scanner passé par Samuel Ezeala n'avait "rien montré d'inquiétant", postant une photo du joueur. Celui-ci reste en observation à l'hôpital jusqu'à mardi.

Un public glacé par l'incident

L'international français Virimi Vakatawa, l'autre joueur impliqué dans le choc, s'est excusé sur Twitter. "Je ne voulais pas et ne pensais pas lui faire mal", a-t-il assuré.

Sur Twitter, des journalistes témoins de la scène racontent le silence qui s'est fait dans le public de l'U Arena, le stade du Racing 92. Pour Matthieu Lartot, journaliste de France 2, "il est urgent de repenser le rugby" après un tel incident.