Cet article date de plus de cinq ans.

Rugby : la Fédération française met fin au projet de Grand stade dans l'Essonne

Bernard Laporte, nouveau président de la Fédération française de rugby, avait promis l'arrêt du projet pendant sa campagne.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Bernard Laporte, le nouveau président de la Fédération française de rugby, le 3 décembre 2016, à Marcoussis (Essonne). (FRANCK FIFE / AFP)

Il n'y aura donc pas de Grand stade à Ris-Orangis, dans l'Essonne. Bernard Laporte, nouveau président de la Fédération française de rugby (FFR), a annoncé, mercredi 14 décembre, avoir fait voter l'arrêt du projet porté par l'ancienne équipe dirigeante de la Fédération. "Le comité directeur a validé l'arrêt définitif du projet du Grand stade", a-t-il déclaré après le premier comité directeur depuis son élection.

Bernard Laporte, élu le 3 décembre face au président sortant Pierre Camou, avait promis pendant sa campagne de mettre fin à ce projet de construire un stade ultra-moderne de 82 000 places, dont la FFR aurait été propriétaire. "L’idée était bonne mais on n’a pas les moyens. Ça fait 7-8 ans que ce dossier est sur la table, ça n’avance pas", avait-il expliqué à RMC sport.

Une facture à 12 millions d'euros

Selon le premier vice-président de la FFR, Serge Simon, les juristes de la nouvelle équipe ont évalué à 450 000 euros le montant maximum qu'aura à payer l'institution pour rompre le contrat constructeur signé avec le groupement Ibelys. Depuis le début du projet en 2010, la FFR a dépensé près de 12 millions d'euros au total.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Rugby

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.