"Je repars avec enthousiasme, force et conviction" : après sa garde à vue, Bernard Laporte repart en campagne pour sa réélection

À peine sorti de garde à vue, Bernard Laporte a repris sa campagne en vue d'une réélection à la tête de la Fédération française de rugby. Jeudi 24 septembre près de Montpellier, il était en terrain conquis.

Article rédigé par
Jean Saint-Marc - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Bernard Laporte, président de la FFR, le 24 septembre 2020 à Saint-Jean-de-Védas, près de Montpellier (Hérault) (PASCAL GUYOT / AFP)

Les soupçons de favoritisme qui pèsent sur lui ne changent rien : les 40 présidents de club présents à St Jean-de-Védas restent favorables à la candidature de Bernard Laporte. "Une garde à vue ce n'est pas si grave", ose même Yvan Vincent, du rugby club de Mauguio Carnon : "Ce sont des choses qui arrivent dans la vie. Mois je pense qu'il faut avancer, voir ce qu'il a fait et aller de l'avant."

Le président de la Fédération française de rubgy a été entendu pendant deux jours par la Brigade de répression de la délinquance économique. Le Parquet national financier le soupçonne d’être intervenu en faveur du club de Montpellier en 2017 et d’avoir allégé des sanctions contre le MHR, alors que son patron, Mohed Altrad, était devenu sponsor de l’équipe de France.

"On fait ça dix jours avant l'élection, ça me paraît douteux"

Pour ces dirigeants pro-Laporte, le président de la FFR est innocent. Ils se posent des questions sur le calendrier de cette garde à vue et vont jusqu'aux théories du complot, comme Claude Soncourt, du rugby club védasien : "Ça fait trois ans que ça dure, et on fait ça dix jours avant l'élection du président. Ça me paraît douteux, et c'est dommage parce qu'apparemment il n'y a rien de grave. Il n'y a pas eu de tricherie, je pense. C'est dommage qu'on en arrive là." Ce dirigeant reprend l'argument de Serge Simon, le bras droit de Bernard Laporte, qui affirme que le dossier est vide.

Le président de la FFR, lui, n'a pas parlé du fond de l'affaire, il vouilait juste reprendre sa campagne : "Je peux vous garantir une chose : j'ai très bien dormi cette nuit, cela m'a permis de récupérer. et je vais repartir avec enthousiasme, force et conviction pour aider les clubs amateurs qui en ont bien besoin." Il en profite pour remercier ceux, très nombreux dit-il, qui lui ont envoyé des messages ces derniers jours.

Je ne peux pas répondre à tout le monde, mais ça fait toujours chaud au coeur d'avoir des messages dans ces moments-là.

Bernard Laporte

Bernard Laporte a versé quelques larmes en évoquant l'épreuve de la garde à vue, mais il a trouvé du soutien mortal auprès des présidents de club, tous acquis à sa cause malgré cette enquête du Parquet national financier. Les dirigeants assurent que Bernard Laporte a beaucoup aidé les petits clubs pendant quatre ans. Claude Soncourt estime même qu'il a sauvé son club de la faillite : "Il a donné un jeu de maillots, des plots, un ballon pour cinq joueurs... C'est très bien, ça permet au club d'avoir du matériel en bon état. Il a baissé le montnant des licences, c'est important pour une petite école de rugby, un petit club. C'est positif."

La promesse de Bernard Laporte de continuer à aider le rugby amateur a été chaudement applaudie. Il a recueilli de nombreuses promesses de vote pour l'élection du 3 octobre.

Bernard Laporte en campagne : écoutez le reportage de Jean Saint-Marc - 0
--'--
--'--

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.