Cet article date de plus de cinq ans.

France - Bastareaud: "pas là pour satisfaire les spécialistes"

Le centre du XV de France Mathieu Bastareaud a balayé lundi les critiques concernant le jeu des Bleus, rappelant qu'ils se trouvaient à la Coupe du monde "pour gagner, pas pour satisfaire les spécialistes".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

"Quand on voit les joueurs qui composent cette équipe, je comprends l'attente de tout le monde", est d'abord convenu le Toulonnais, lors d'une conférence de presse à Croydon (sud de Londres). "Mais bon, il n'y a pas si longtemps on nous reprochait de ne pas gagner les matches", a-t-il encore souligné. "Maintenant on les gagne, même s'il n'y a pas la manière. C'est une Coupe du monde, on est là pour gagner, pas pour satisfaire les spécialistes.

"L'important c'est nous"

" Tout en admettant que l'équipe avait "largement" une marge de progression, Bastareaud (27 ans, 36 sél) a affirmé que "les reproches de la presse" lui passaient "par dessus la tête". "L'important c'est nous", a-t-il poursuivi. "On est conscient que tout n'a pas été parfait. Les coaches nous font des retours et l'on travaille là-dessus à l'entraînement." "Il y a toujours des critiques, des polémiques. De l'extérieur, apparemment, c'est pas très joli à voir. Mais on gagne les matches", a insisté le puissant centre, pressenti pour débuter jeudi face au Canada.

"On tente des choses, avec plus ou moins de réussite", a-t-il continué. "On n'est pas forcément en réussite ces derniers temps mais il faut continuer en ce sens-là. Tout n'est pas parfait, il y a du déchet. Mais on est en course pour être premiers de poule, on a gagné deux matches. Que demander de plus ?" Bastareaud a aussi appelé à davantage de "soutien". "Parfois j'ai l'impression que l'on n'est pas soutenu comme on devrait l'être", a-t-il renchéri, apparemment à l'adresse des journalistes, mais sans agressivité. "Mais je parle d'une minorité de personnes donc à la limite on s'en fout un peu", a-t-il conclu.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.