Champions Cup : Toulouse arrache sa qualification pour les quarts de finale sur le terrain de l'Ulster

Antoine Dupont a inscrit un essai décisif en fin de match pour libérer son équipe, samedi soir, à Belfast.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le Stade toulousain de Peato Mauvaka s'est qualifié sur le fil en Irlande du Nord, samedi soir. (PAUL FAITH / AFP)

Le champion en titre poursuit son parcours. Au bout du suspense, le Stade toulousain a obtenu sa qualification pour les quarts de finale de Champions Cup sur le terrain de l'Ulster (30-23), samedi 16 avril. Un essai d'Antoine Dupont à la 75e minute a fait basculer cette double confrontation, après la défaite frustrante du match aller (20-26). L'avance, d'un point sur l'ensemble des deux matchs (50-49), suffit au bonheur d'Ugo Mola. Ses joueurs rejoignent le Munster, tombeur d'Exeter plus tôt, en quarts de finale.

Dire que Toulouse a frisé la correctionnelle est un euphémisme. Sur cette manche retour, les Rouge et Noir se sont cassé les dents sur une défense extrêmement compacte et ont égaré de nombreux ballons. Leur handicap initial de six points s’est même rapidement accru, après l’essai de d’Ethan Mcilroy (11e). Tenus en échec (23-23) à cinq minutes de la fin, ils s’en sont remis à leur demi de mêlée international, positionné à l’ouverture en fin de match. Les Toulousains ont, il est vrai, été aidés par l'expulsion du pilier remplaçant Tom O'Toole (65e), deux minutes après son entrée en jeu. 

Deux éclairs de Ntamack ont suffi

Surtout, le club haut-garonnais s'en est, comme bien souvent, remis à la fougue de ses "Chelemards". Outre Dupont, Romain Ntamack a brillé de mille feux. Dix minutes ont suffi à l'ouvreur pour relancer une machine toulousaine jusque-là éreintée. Sa prise d'intervalle audacieuse, relayée par son numéro 9 puis conclue par Ramos (22e), a été primordiale. Alors que son équipe était sur le reculoir, Ntamack a intercepté une passe nord-irlandaise dans ses vingt-deux mètres. Il a ensuite mis les cannes pour s'offrir un essai en soliste (27e), qui ressemble à s'y méprendre à son exploit individuel au pays de Galles, en 2020.

Ces deux éclairs pèsent lourd, mais il ne faut pas non plus occulter la densité mise par les avants toulousains dans les rucks. "On se l'était dit toute la semaine, on a gratté des ballons importants", a analysé après coup le flanker Anthony Jelonch, sur beIN Sports. Une intensité analogue sera attendue en quarts, contre le Munster, dans la cathédrale redoutée de Thomond Park. Mais, l'an passé, Toulouse y avait déjà triomphé en huitièmes de finale, sur la route de son sacre.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Champions Cup

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.