Champions Cup : Antoine Dupont, le magicien rose

Le demi de mêlée du Stade Toulousain a survolé la finale de Coupe d'Europe contre La Rochelle. Difficile de trouver un meilleur joueur que lui à l'heure actuelle. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
La joie d'Antoine Dupont qui brandit la Champions Cup après la victoire en finale de Toulouse contre la Rochelle en finale à Twickenham, le samedi 22 mai (ADRIAN DENNIS / AFP)

Il n'y a bien que son nom qui le prédestinait à l'anonymat. Pour le reste, il avait tout pour crever l'écran. La gueule d'ange, les crochets, la vision, la mentalité. Bref un SuperDupont en puissance, mais bien loin du héros de bande dessinée franchouillard imaginé par Marcel Gotlieb. 

Meilleur joueur d'Europe... et du monde ?

Cela fait maintenant un an que le Dupont de la Ville Rose plane au-dessus de la mêlée. Pour beaucoup, il n'a pas d'équivalent à son poste. Pour certains, il n'a pas d'équivalent tout court, il est juste LE meilleur joueur de rugby du monde. A 24 ans seulement. C'en est presque effrayant, surtout à un poste où l'on atteint sa plénitude généralement plus tard, avec l'expérience. 

La valeur n'attendant pas le nombre des années, les jurés de l'EPCR l'ont désigné meilleur joueur des coupes d'Europe à l'issue de la victoire toulousaine contre La Rochelle. Un titre individuel de plus pour celui qui avait déjà été désigné meilleur joueur du Tournoi des 6 nations 2020. Et presque un paradoxe, tant il s'échine à rendre les autres meilleurs. Son poste veut ça, sa nature également. Jamais le natif de Lannemezan ne se met en avant mais il a pourtant encore éclaboussé Twickenham de toute sa classe. 

Avec 73 mètres parcourus ballon en mains face à La Rochelle, Dupont laisse le second de ce classement, Greg Alldritt, à 28 longueurs. Un gouffre. Il est également le meilleur marqueur ex aequo de la compétition (4) et le deuxième au nombre de défenseurs battus (23) et des passes après contact (10). Mais ce n'est pas tout. Derrière l'apparat et l'éclat de ses courses ou de ses coups de pied (cette merveille pour Kolbe à la 45e...), il y a aussi le travail défensif où le demi de mêlée Rouge et Noir est, là aussi, omniprésent.

La révolution en marche

Avec 16 plaquages à son actif face aux Rochelais, Dupont possède tout simplement le deuxième meilleur total du match derrière son coéquipier Elstadt (19). Un numéro 9 qui court comme un ailier, et qui plaque comme un troisième ligne : il est juste en train de révolutionner le poste de demi de mêlée. 

Ce titre de champion d'Europe vient couronner une saison qui est celle de la confirmation. Celle d'un talent hors-norme sur lequel le Stade Toulousain, comme le XV de France, peuvent bâtir. Jusqu'à samedi, Dupont avait "seulement" remporté un championnat de France avec son club (en 2019). Une hérésie au regard du potentiel de ce joueur, presque un crime de lèse-majesté. La majesté en question possède désormais une belle couronne. Et elle semble bien accrochée. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Champions Cup

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.