Course d'obstacles, escalade ou... trottinette : le pentathlon cherche un remplaçant à l'équitation

Quelle discipline sera la cinquième pour compléter le pentathlon ? Interrogés, des athlètes proposent des solutions. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Elodie Clouvel et Valentin Belaud, ici à Tokyo lors de la cérémonie de cloture des Jeux olympiques le 8 août, proposent des solutions pour remplacer l'équitation au programme du pentathlon moderne.  (HERVIO JEAN-MARIE / KMSP)

Depuis que la Fédération internationale de pentathlon moderne (UIPM) a annoncé la disparition de l'équitation, plusieurs sports ont été cités pour la remplacer aux côtés de l'escrime, du tir, de la course et de la natation.

 La course d'obstacles

Valentin Belaud, double champion du monde de pentathlon, suggère une course à obstacles. Escalader des filets, avancer suspendus à des anneaux... peut-être ce qui attend les futurs pentathlètes. Valentin Belaud va même plus loin, "on pourrait enchaîner les quatre épreuves (natation, laser run (combiné de tir et de course), et course d'obstacles) dans une seule épreuve de 20 minutes très dynamique". Cette course présente aussi l'avantage de pouvoir se pratiquer sans matériel spécifique, le mobilier urbain et les obstacles naturels pouvant devenir les supports de la discipline. "Il n'y aurait plus besoin de club, on va pouvoir pratiquer plus facilement le sport". Une proposition qui correspond aux critères publiés par l'UIPM qui souhaite notamment un sport accessible à tous dans tous les pays, plus adapté à une diffusion télévisuelle ou à la pratique handisport.

L'escalade

"L'escalade serait logique", estiment Mathis Rochat et Pierre Dupuy, 19 ans, deux espoirs du pentathlon moderne. L'escalade qui a fait ses débuts olympiques l'été dernier à Tokyo, allie effort physique et analyse des voies. Une combinaison recherchée en pentathlon : "L'idée du pentathlon, c'est d'être l'athlète le plus complet possible. La nouvelle épreuve ne pourra pas être que technique ou que physique", rappelle Valentin Belaud.

Le cyclisme

"C'est une fake news", balaye Elodie Clouvel, vice-championne olympique à Rio en 2016. "Cela a été évoqué, car c'est une des disciplines du triathlon, mais nous ne sommes pas des triathlètes, le pentathlon n'est pas un sport que physique, il y a aussi l'aspect technique".

 Et si c'était la trottinette ?

"On a entendu parler de la trottinette lors de récentes compétitions. Ça marche dans les cours de récré, mais difficile d'imaginer ça à un niveau olympique", déclarent, perplexes, Mathis Rochat et Pierre Dupuy. Le comité régional d'Occitanie a développé le "Penta'scol" dans les établissements scolaires de la région depuis l'an dernier. Un parcours est proposé aux élèves pour les initier au pentathlon et attirer de potentiels licenciés, une idée séduisante pour des enfants, pas pour sacrer un champion olympique.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pentathlon

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.