Natation : la fédération internationale s'oppose à l'exclusion des Russes et Biélorusses

Contrairement à plusieurs autres fédérations internationales, la Fina a annoncé mardi qu'elle s'opposait à l'interdiction d'exclure des sportifs russes et biélorusses, malgré la recommandation du CIO.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les nageurs russes Andrei Minakov, Kirill Strelnikov, Vladimir Morozov et Kliment Kolesnikov sur le podium des Championnats du monde en petit bassin à Abu Dhabi, le 20 décembre 2021. (ALEXANDER VILF / SPUTNIK via AFP)

La Fédération internationale de natation (Fina) a annoncé mardi 8 mars qu'elle s'opposait à l'interdiction des sportifs russes et biélorusses malgré la recommandation du Comité international olympique (CIO) de les exclure, suivie par de nombreuses organisations sportives.

"Le bureau de la Fina reste opposé à l'interdiction générale de tous les athlètes et officiels russes et biélorusses, et maintient sa position consistant à laisser les sportifs russes et biélorusses participer aux événements Fina de manière neutre", a indiqué l'organisation dans un communiqué.

Des exceptions au cas par cas

La Fina, qui affirme que sa décision a été soutenue "par une majorité écrasante de sa commission des athlètes", a toutefois modifié son règlement pour revoir au cas par cas la participation d'athlètes et d'officiels dans des situations d'urgence, et pourrait donc empêcher Russes et Biélorusses de participer si "leur présence menace la sécurité et le bien-être des athlètes ou met en danger le déroulement de la compétition".

À la suite d'une réunion en visioconférence organisée jeudi dernier à l'initiative du gouvernement britannique, les ministres chargés des Sports de 37 pays, dont l'Allemagne, les états baltes, les États-Unis, la Finlande et la France, ont apporté leur soutien aux mesures d'exclusion des sportifs russes et biélorusses, d'annulation de l'attribution d'événements sportifs à ces deux pays et de limitation des contrats de sponsoring impliquant des entités russes et biélorusses.

"Nous appelons toutes les fédérations sportives internationales à entériner ces principes et nous saluons toutes celles qui l'ont déjà fait", écrivent-ils dans un communiqué diffusé mardi par le gouvernement britannique.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Natation

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.