Cet article date de plus de deux ans.

Guerre en Ukraine : le CIO "recommande" aux fédérations de ne pas autoriser les athlètes russes et biélorusses à participer à leurs compétitions

Le CIO s'est de nouveau positionné, avec prudence, sur le conflit entre l'Ukraine et la Russie "en recommandant" des mesures aux fédérations.

Article rédigé par franceinfo: sport - Louis Delvinquière
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le président du CIO Thomas Bach lors de son discours à la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'hiver de Pékin, le 4 février 2022. (BEN STANSALL / AFP)

Le CIO s'est de nouveau exprimé, lundi 28 février, sur le sujet de la guerre en Ukraine, dans un communiqué et notamment sur les conséquences qu'elle doit avoir sur le monde sportif. Après avoir d'abord invité, vendredi, les fédérations internationales à ne pas conserver la tenue d'évenements sur les territoires russes et biélorusses, il a tenu à avancer de nouvelles sanctions, notamment concernant les athlètes et officiels de ces deux pays, sans pour autant employer les mots "bannir" ou "exclure"...

"Le mouvement olympique est uni dans sa mission de contribuer à la paix par le sport et d'unir le monde dans une compétition pacifique au-delà de tout différend politique", souligne le CIO. Enjeu majeur pour l'instance : comment assurer l'équité entre la participation des Russes et Biélorusses alors que les athlètes krainiens, eux, "en sont empêchés en raison de l'attaque contre leur pays"?

La première recommandation consiste à demander aux fédérations sportives de "ne pas inviter ou autoriser la participation d'athlètes et d'officiels russes et biélorusses à des compétitions internationales." Autrement dit, dans l'idéal et si les règlementations le permettent, l'organisateur doit s'assurer qu'aucun athlète ou officiel sportif de ces deux pays ne prenne part à leur compétition. Si cela est impossible "à court terme pour des raisons organisationnelles ou juridiques", les athlètes concernés ne doivent être autorisés à participer que sous drapeau neutre. 

En outre, le CIO annonce retirer l'Ordre olympique de trois parties prenantes à la violation de la trêve olympique, à commencer par le président russe Vladimir Poutine qui l'avait depuis 2001, mais aussi au vice-Premier ministre russe, Dmitry Chernyshenko, et au chef de cabinet adjoint du bureau exécutif présidentiel, Dmitry Kozak.

En plus de ces anonces, le CIO a fait part de sa "fierté" concernant les appels à la paix de nombre d'athlètes et annonce poursuivre son soutien envers l'ukraine avec, notamment, la création d'un fonds de solidarité pour le peuple ukrainien. "Donnez une chance à la paix", conclut Thomas Bach, président du CIO.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.