Vidéo Mondiaux de natation : Léon Marchand, tout en contrôle, se hisse en finale du 200 m papillon

Publié
Durée de la vidéo : 4 min
Ça passe pour Léon Marchand ! Pas de souci pour Léon Marchand dans sa 1/2 finale du 200m papillon, le Français remporte sa série et signe le 2e temps des engagés ! Rendez-vous demain pour une possible nouvelle médaille. -
200 m papillon (H) : direction la finale pour Léon Marchand Ça passe pour Léon Marchand ! Pas de souci pour Léon Marchand dans sa 1/2 finale du 200m papillon, le Français remporte sa série et signe le 2e temps des engagés ! Rendez-vous demain pour une possible nouvelle médaille. - ()
Article rédigé par franceinfo: sport
France Télévisions - Rédaction Sport
Le Français a dominé sa demi-finale en 1'54"21, mardi, après avoir nagé à l'économie.

Comme une simple formalité. Vice-champion du monde de la discipline à Budapest l'an passé, Léon Marchand s'est qualifié, mardi 25 juillet, pour la finale du 200 m papillon des Mondiaux de Fukuoka (Japon). Assigné à la ligne d'eau numéro 6, le Toulousain a sereinement remporté la deuxième demi-finale avec un chrono de 1'54"21. Soit plus d'une seconde de moins que lors des séries matinales où il a préféré s'économiser, se contentant du 7e temps (1'55''46).

"Je ne suis pas encore à 120% comme ce n'est pas la finale mais j’ai vraiment mal partout donc c'est que je me suis bien employé", a réagi le nageur de 21 ans après sa qualification. En l'absence du champion du monde en titre sur 200 m papillon, le Hongrois Kristof Milak, Léon Marchand a l'opportunité d'apporter au clan tricolore une deuxième breloque en or, mercredi, trois jours après avoir effacé des tablettes le record du monde de Michael Phelps sur le 400 m 4 nages.

L'autre demi-finale a été dominée par Carson Foster (1'53"85). "En général quand on est ensemble, on fait les meilleures courses chacun de notre côté donc je suis content, s'est amusé le Français, qui sera à côté de son rival américain en finale. Il est vraiment très en forme, ça va être un joli challenge."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.