Cet article date de plus de huit ans.

Ils ont été les stars des Mondiaux de Barcelone

Dans une année post-olympique, les hiérarchies sont souvent bousculées. A Barcelone, le niveau était très élevé, six records du monde ont été battus, et les résultats ont dans l'ensemble confirmé ceux des JO de Londres.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
 

Le doublé de Magnussen

Champion du monde en titre du 100m nage libre, auteur du meilleur chrono de la saison avant les Mondiaux, James Magnussen ne voulait pas revivre son expérience de Londres, où il avait été le dauphin de Nathan Adrian. L'Australien, malgré une demi-finale poussive, est resté le patron du sprint mondial. Il se place ainsi dans le sillage de Filippo Magnini (2005-2007 à égalité avec Hayden cette deuxième année), Matt Biondi (1986-1991) et Alexander Popov (1994-1998), seuls à avoir conservé leur titre sur 100m.

Les confirmations pour ​Franklin et Ledecky

La natation américaine a perdu Michael Phelps à l'issue des Jeux Olympiques de Londres, mais elle a gagné deux pépites. Melissa Franklin, 18 ans, quadruple championne olympique, a raflé six médailles d'or à Barcelone, dont trois en individuel (100 et 200 dos, 200 nage libre). Jamais aucune nageuse n'avait fait aussi bien en un seul Championnat. Elle continue à écrire sa légende. A 16 ans, Katie Ledecky, championne olympique du 800, a conquis quatre titres, dont trois en individuel (400, 800 et 1500 nage libre). Elle s'inscrit dans le sillage de sa compatriote.

 

Le triplé pour ​Sun Yang

Double champion du monde en titre du 800 et du 1500 nage libre, double champion olympique du 400 et du 1500 nage libre, Sun Yang est passé à trois lors de ces Mondiaux. Le Chinois, qui avait préféré faire l'impasse sur le 200m où le vice-champion olympique aurait pu faire douter Yannick Agnel, s'est imposé sur 400, 800 et 1500m nage libre. Seul l'Australien Grant Hackett avait réalisé une telle performance auparavant.

La passe de trois pour Cielo

Malgré une opération des deux genoux en septembre dernier, Cesar Cielo est reparti de ces Mondiaux avec deux titres, comme aux Mondiaux de Rome en 2009 et comme à ceux de Shanghaï en 2011. Triple tenant du titre du 50 nage libre, il est aussi double tenant du titre sur 50 papillon.

L'avènement de Le Clos

Champion olympique du 100m papillon aux dépens de Michael Phelps, Chad Le Clos a confirmé qu'il était le nouveau grand papillonneur du monde. Il réalise le doublé 100 et 200m, et à seulement 21 ans, il peut espérer avoir débuté son règne mondial à Barcelone. 

 

Le maintien de Lochte

Quintuple champion olympique, Ryan Lochte n'a pas été LA grande star de ces Championnats. Mais avec deux nouveaux titres mondiaux et une médaille d'argent, il maintient son rythme à un niveau très correct, détenant désormais 14 couronnes mondiales.

La bataille des records

La brasse a été la nage la plus performante de ces Mondiaux. Entre Yulia Efimova (29"78 sur 50m), Ruta Meilutyte (29"48 sur 50m et 1'04"35 sur 100m), sans oublier la Danoise Rikke Moller Pedersen (2'19"11), quatre des six records du monde ont été battus en brasse. La Russe a été sacrée sur 200 et sur 50, la Lituanienne sur 100 avec une place de dauphine sur 50. Les autres sont l'oeuvre de l'Américain Katie Ledecky (8'13"86 sur 800 nage libre et 15'36"53 sur 1500m nage libre).

Les brasseurs Sprenger et van der Burgh patrons du sprint

A Londres, Cameron van der Burgh était devenu champion olympique du 100m brasse devant Christian Sprenger. A Barcelone, les deux hommes se sont partagés le 100 (Sprenger) et le 50 (van der Burgh), chacun étant tour à tour le dauphin de l'autre. En revanche, sur 200, le Hongrois Daniel Gyurta est resté le patron, comme à Londres.

 

Vidéo: la victoire de Franklin en 200m dos

 

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Mondiaux de natation 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.