Championnats européens : quatre Français qui pourraient transformer l'eau en or

Les championnats d'Europe se déroulent jusqu'au 12 août à Glasgow, en Ecosse.

Mehdy Metella aux épreuves de qualification pour le 100 m nage libre aux championnats européens de Glasgo, le 4 août 2018.
Mehdy Metella aux épreuves de qualification pour le 100 m nage libre aux championnats européens de Glasgo, le 4 août 2018. (OLI SCARFF / AFP)

Après le départ de la génération dorée qui a dominé les bassins entre 2004 et 2012, trente nageurs (12 nageuses et 18 nageurs) représentent l'équipe de France aux Championnats européens qui se tiennent jusqu'au 12 août à Glasgow, en Ecosse. Cette équipe, estime l'ancien nageur et double champion olympique Alain Bernard, a "un vrai potentiel". Voici quatre nageurs français à suivre.

Mehdy Metella, le revenant

A 26 ans, le Guyanais Mehdy Metella est un des principaux espoirs de médailles, même s'il peine à retrouver ses sensations dans l'eau, après trois mois loin des bassins, à cause d'une blessure à la cheville droite contractée à la fin 2017. "Il est incertain mais très polyvalent. Il sera, je pense, plus fort en papillon qu'en crawl", analyse Alain Bernard contacté par franceinfo.

En 2015, avec Florent Manadou, Fabien Gilot et Jérémy Stravius, Mehdy Metalla avait décroché la médaille d'or du 4X100 m nage libre aux Championnats du monde à Kazan, en Russie. Aux Championnats de France de 2016, il était arrivé premier au 50 m papillon et deuxième au 100 m papillon. Ses secrets pour garder la forme ? Il écoute le son "un peu hardcore du rap français" et "ne rate jamais la sieste", dévoilait L'Equipe en 2017. On verra à Glasgow si la recette lui réussit.

Mehdy Metella s\'élance pour un 100 m nage libre à Chartres, le 7 juillet 2018.
Mehdy Metella s'élance pour un 100 m nage libre à Chartres, le 7 juillet 2018. (STEPHANE KEMPINAIRE / STEPHANE KEMPINAIRE)

Jérémy Stravius, le vétéran

C'est l'histoire d'un enfant qui a eu de la chance, relate le Journal du Dimanche. "A quatre mois et onze jours, Jérémy est placé". Ses parents se sont absentés, ses frères, plus âgés, font les poubelles pour survivre et le nourrir. A 2 ans et demi et jusqu'à ses 19 ans, il sera élevé par une ancienne assistante maternelle de la DDASS, Henriette Arrachepied, qui l'a accueilli, avec d'autres, dans son pavillon de Friville-Escarbotin (Somme) et qu'il appelle toujours "nounou".

L'ex-nourrisson mal nourri est devenu, à 30 ans, un champion confirmé. En 2013, il remporte quatre titres de champion de France (50 m et 100 m dos, 200 m 4 nages et 100 m papillon). Aux Championnats du monde, il arrive en tête aux 100 m dos à Shanghaï en 2011 (ex-aequo avec Camille Lacourt). Avec ses coéquipiers, il remporte l'or aux 4 X 100 m 4 nages et aux 4 x100 m nage libre à Barcelone en 2013, et, enfin, aux 4x100 m nage libre en Russie en 2015. Glasgow, espère-t-il, devrait lui permettre de peaufiner sa collection. 

Jérémy Stravius aux qualifications du 50 m dos pendant les championnats européens de Glasgow le 3 août 2018.
Jérémy Stravius aux qualifications du 50 m dos pendant les championnats européens de Glasgow le 3 août 2018. (FRANCOIS XAVIER MARIT / AFP)

Charlotte Bonnet, la "patronne"

"Charlotte Bonnet, un bonheur à affirmer", lance Le Figaro. C'est déjà fait puisqu'avec Marie Wattel, Margaux Fabre et Béryl Gastaldello, elle a remporté vendredi 3 août le relais 4 x100 dames en 3 min 34 sec 65/100, record de France à la clé. 

A 23 ans, la native d'Enghien-les-Bains collectionne les titres hexagonaux. A Limoges en 2015, elle avait ainsi raflé l'or au 100 m nage libre, 200 m nage libre, 50 m brasse, 100 m brasse ou 200 m 4 nages. Depuis fin mai 2018, elle est détentrice du record de France du 100 m (52.74), décroché aux championnats de France de Saint-Raphaël. Elle s'était également distinguée à ce moment-là, selon  Le Figaro, "en abaissant son record personnel sur sa distance de prédilection, le 200m, à 1’55’’53 (contre 1’55’’80 auparavant). Un chrono qui fait d'elle la meilleure performeuse continentale de l'année". Aux Jeux de Glasgow, Alain Bernard, optimiste, la verrait bien "faire un beau trio",  ( 100 m, 200 m nage libre, le relais 4x100 m) : "Elle a vraiment su s'affirmer et s'afficher en patronne", affirme-t-il.

Charlotte Bonnet au 200 m nage libre, lors des championnats de France 2018 à Chartres, le 7 juillet 2018.
Charlotte Bonnet au 200 m nage libre, lors des championnats de France 2018 à Chartres, le 7 juillet 2018. (STEPHANE KEMPINAIRE / STEPHANE KEMPINAIRE)

Fantine Lesaffre, l'inattendue

En 4 min 34 sec 17/100, Fantine Lesaffre a décroché l'or lors des Championnats européens en 400 m 4 nages, vendredi 3 août à Glasgow. Elle n'était pourtant pas favorite.

Fantine Lesaffre aux 400 mage libre aux championnats d\'Europe de Glasgow, le 3 août 2018.
Fantine Lesaffre aux 400 mage libre aux championnats d'Europe de Glasgow, le 3 août 2018. (STEPHANE KEMPINAIRE / STEPHANE KEMPINAIRE)
"C'est le premier grand titre pour la Nordiste de 23 ans, qui avait déjà battu le record national lors des séries, remarque francetvsport. Elle n'était jusqu'alors jamais montée sur un podium international en grand bassin, même si elle avait été médaillée  de bronze européenne sur la même distance en petit bassin en décembre dernier. Lors de cette finale, elle a fait jeu égal avec ses principales rivales en papillon, avant de faire une différence rédhibitoire sur la brasse, sa nage de prédilection".