Cet article date de plus de neuf ans.

Moscou dit avoir déjoué des projets d'attentats aux JO de Sotchi

Une cellule d'un groupe rebelle islamiste du Caucase russe qui préparait des attentats à Sotchi avant et pendant les Jeux olympiques de 2014, aurait été démantelée, rapporte l'agence officielle Itar-TASS. Les services de sécurité russes (FSB, ex-KGB) qui auraient réussi cette opération ont accusé la Géorgie de complicité.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des militaires russes à Sotchi (MAXIM MARMUR / AFP)

"Le FSB de Russie a réussi a établir que les rebelles prévoyaient, entre 2012 et 2014, de transférer des armements à Sotchi et de les utiliser pour commettre des actes de terrorisme pendant la préparation et durant les jeux Olympiques", a indiqué le Comité antiterroriste (NAK). La cellule aurait été démantelée les 4 et 5 mai en Abkhazie, la région rebelle de Géorgie située non loin de la ville russe de Sotchi. Trois chefs appartenant à un mouvement islamiste clandestin né des deux guerres d'indépendance de  la Tchétchénie ont été arrêtés, de même que d'importantes caches d'armes ont été découvertes.

Le NAK a aussi accusé la Géorgie de complicité avec le Tchétchène Dokou Oumarov. Ce dernier qui a revendiqué de nombreux attentats en Russie, est accusé d'avoir organisé ces projets d'attentats. "Le chef de l'organisation terroriste internationale Emirat du Caucase, Dokou Oumarov, qui a des liens étroits avec les services spéciaux géorgiens, a  coordonné la livraison du matériel pour les actes terroristes", a indiqué le  Comité. Selon la même source, l'arrestation en février 2012 en Abkhazie d'un homme  transportant 300 détonateurs a permis d'établir la complicité de Tbilissi. "Les services spéciaux géorgiens sont directement liés à l'envoi vers la  Russie" des détonateurs, affirme le NAK.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.