Cet article date de plus de cinq ans.

Des billets pour assister aux obsèques de Mohamed Ali vendus au marché noir

Quelque 15 000 billets ont été distribués gratuitement, mercredi matin, à des milliers d'habitants de Louisville où doit être enterré le célèbre boxeur, vendredi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le portrait de Mohamed Ali affiché dans sa ville natale, à Louisville (Etats-Unis), le 8 juin 2016. (JOHN MOORE / GETTY IMAGES)

La famille de Mohamed Ali a menacé, mercredi 8 juin, de poursuivre les personnes qui vendent "de façon méprisable", les billets d'accès à la cérémonie d'obsèques du champion américain vendredi, à Louisville (Kentucky, Etats-Unis).

Quelque 15 000 billets ont été distribués gratuitement en moins d'une heure, mercredi matin à des milliers d'habitants. Nombre d'entre eux s'étaient levés aux aurores pour obtenir le précieux sésame, mais tous n'ont pas pu être satisfaits. Quelques heures après, des tickets pour la cérémonie ont commencé à être proposés sur plusieurs sites internet.

Vente à la sauvette illégale 

"Toute personne vendant ou achetant des billets en ligne sur Craigslist, eBay ou tout autre site sera dénoncée à la police, a prévenu Bob Gunnell, le porte-parole de la famille Ali. Les ventes à la sauvette sont illégales dans le Kentucky et nous disposons d'un groupe qui surveille ces sites."

La ville deLouisville se prépare à organiser des funérailles exceptionnelles, pour dire adieu à "TheGreatest", qui s'est éteint, vendredi 3 juin, à 74 ans dans un hôpital de Phoenix, dans l'Arizona. La cérémonie de vendredi, sera précédée d'une longue procession funéraire de 30 km et rassemblera plusieurs chefs d'Etat.

L'ancien président américain Bill Clinton prononcera une partie de l'éloge funèbre, mais Barack Obama sera absent. Le chef d'Etat est retenu à Washington car il doit assister à la remise de diplôme de fin de lycée de sa fille Malia.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Mort de Mohamed Ali

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.