Cet article date de plus de huit ans.

Les dirigeants favorables au lock-out si pas d'accord

On ne voit désormais pas ce qui pourrait empêcher un quatrième lock-out (en 20 ans). Remontés à bloc, les 30 propriétaires de franchise ont voté à l'unanimité en faveur d'un lock-out si un accord visant essentiellement à réduire la masse salariale des joueurs n'est pas conclu. Et jusqu'à présent, aucune réunion de conciliation n'est prévue d'ici à samedi soir, date butoir.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Gary Bettman

Le patron de la Ligue nord-américaine de hockey sur glace (LNH), Gary Bettman, a même prévenu que l'actuelle proposition pourrait être remplacée par une plus rude encore si les joueurs et leurs représentants ne la signent pas avant samedi soir. L'actuelle proposition vise à faire baisser de 57% à 46% la part des joueurs dans le partage des très lucratifs revenus du championnat. Bettman a assuré que "personne ne veut conclure une entente et ne souhaite que la saison s'amorce plus que (lui)" et assure qu'il veut prendre cette décision "afin d'assurer la stabilité du sport pour une longue période".

De son côté, le syndicat des joueurs (NHLPA) ne souhaite pas descendre en-dessous des 52,7%. Pour Sidney Crosby, joueur vedette des Penguins de Pittsburgh, cette situation "ne se présente pas bien, les deux parties sont encore loin l'une de l'autre. Mais les choses peuvent aller très vite", a-t-il estimé jeudi. Selon Bettman, le salaire moyen annuel des joueurs de NHL serait passé au cours des sept dernières années de 1,45 million à 2,55 millions.de dollars... Le patron de la Ligue a toutefois rappelé que "la situation peut progresser rapidement" si les joueurs changent de position.

Voir la video

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.