Cet article date de plus de cinq ans.

Les Bleus ne seront pas têtes de série pour les éliminatoires du Mondial 2018

La France ne fait pas partie du chapeau 1, celui des têtes de série, pour les éliminatoires de la Coupe du monde 2018 qui se tiendra en Russie. Les Bleus ont été placés dans le chapeau 2 de la zone Europe, comme l'Italie d'ailleurs, ce qui signifie qu'elle pourrait tomber contre un adversaire redoutable comme l'Allemagne, l'Espagne, la Belgique, les Pays-Bas, le Portugal ou l'Angleterre, les "gros" du chapeau 1. En revanche, si elle a de la chance, l'équipe de France pourrait hériter d'un tirage plus favorable comme la Roumanie, le Pays de Galles, ou la Croatie, les trois autres nations choisies comme têtes de série.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le sélectionneur des Bleus, Didier Deschamps

L'Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas, le Portugal, la Roumanie, l'Angleterre,  le Pays de Galles, l'Espagne et la Croatie, voici les huit têtes de série pour les éliminatoires du Mondial 2018. La France et l'Italie sont les deux absents de marque et sont basculées dans le chapeau 2, ce qui laisse la possibilité de chocs compliqués lors de ces éliminatoires. Un bon tirage pour la France dans le pot 1 serait, en revanche, le pays de  Galles, qui ne brille guère en dépit de la présence de Gareth Bale.

Les Bleus devront aussi se méfier de certains adversaires du pot 3, où l'on  retrouve ainsi la Suède de Zlatan Ibrahimovic ou encore l'Ukraine, qui avait donné du fil à retordre aux hommes de Didier Deschamps en barrages du  Mondial-2014. Les qualifications de la zone Europe se dérouleront du 4 septembre 2016 au 10 octobre 2017. Les neuf vainqueurs de groupe se qualifient directement tandis  que les 8 meilleurs deuxièmes s'affrontent en barrages en novembre 2017. L'Europe a droit à 13+1 places pour le Mondial-2018, soit les 13 habituelles auxquelles il faut ajouter la Russie, qualifiée en tant que pays hôte.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.