"Le football français a pris conscience de la fragilité de son modèle", selon Nicolas Ksiss-Martov

Frappés par la crise sanitaire, les clubs de football français se retrouvent en grande difficulté à la suite du défaut de paiement de Mediapro, qui n'a pas honoré le versement des droits TV. Journaliste pour So Foot, Nicolas Kssis-Martov pointe du doigt la fragilité de ce modèle.

Les temps sont extrêmement durs pour les clubs de football. Privés de leurs supporters - et de recettes de la billetterie - en raison du huis-clos imposé dans les stades afin d'éviter la propagation du coronavirus, ceux-ci doivent en plus composer sans un élément majeur de leur budget : les droits TV. Principal diffuseur de la Ligue 1 et de la Ligue 2, Mediapro s'est en effet retiré du contrat qui le liait à la Ligue de football professionnel (LFP) et, dans l'attente d'un nouvel appel d'offres, les dirigeants se demandent comment remplir leurs caisses. "Le football français a pris conscience de la fragilité de son modèle, qui repose en grande partie sur les droits TV," analyse Nicolas Kssis-Martov, invité du 23h de franceinfo vendredi 15 janvier.

Intervention de l'État ?

Le journaliste plaide pour une intervention de l'État, qui pourrait diffuser les matchs sur les chaînes du service public. "Cela redonnerait la possibilité à tout le monde de regarder la Ligue 1 sans avoir besoin de souscrire à des abonnements extrêmement onéreux, et alors que le contexte actuel est peu propice aux distractions, explique-t-il. Et puis, cela garantirait au championnat davantage de visibilité sur le long terme." Mais le journaliste reste malgré tout très sceptique : "Ni du côté de l'État, ni de celui du foot français, on ne doit en être à ce niveau de réflexion."

Le JT
Les autres sujets du JT
Le logo de la Ligue 1 avant un match entre le PSG et l\'OM au Parc des Princes, à Paris, le 13 septembre 2020.
Le logo de la Ligue 1 avant un match entre le PSG et l'OM au Parc des Princes, à Paris, le 13 septembre 2020. (FRANCK FIFE / AFP)