Cet article date de plus de sept ans.

L'interrogatoire de Pistorius terminé

Le procureur sud-africain Gerrie Nel a mis fin mardi à son interrogatoire d'Oscar Pistorius en l'accusant une fois de plus de s'être armé pour tuer sa petite amie en 2013, après une dispute dont les voisins ont entendu les cris.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Oscar Pistorius aux côtés de son avocat (SIPHIWE SIBEKO / POOL)

"Vous vous êtes armé dans l'intention de la tuer et c'est ce que vous avez  fait", a dit le procureur, avant de conclure: "Je n'ai rien d'autre à demander à ce témoin". La confrontation durait depuis mercredi dernier, interrompue seulement par les crises de larmes de l'accusé, soit cinq jours consécutifs de questions destinées à tester la version des faits donné par Pistorius, à la recherche de la moindre omission ou contradiction.

Le procureur n'a cessé de l'accuser de "mentir", d'"ajuster sa version" et de pleurer pour éviter les questions. "Hier, M. Pistorius, je vous ai demandé qui nous devrions blâmer pour ce qui s'est passé et vous avez indiqué que nous devrions vous blâmer vous", a demandé M. Nel mardi. "Exact, madame le juge", a répondu l'athlète de 27 ans. "Devrions-nous vous blâmer pour le fait que vous lui avez tiré dessus ?", a enchaîné le procureur, sans que Pistorius accepte d'acquiescer: "Madame le juge, je croyais que ma vie était menacée". "Nous ne devrions pas vous blâmer. Mais alors qui ? Quoi ou qui ? Reeva pour ne pas vous avoir dit qu'elle allait aux toilettes ? Le gouvernement ?", a lancé le procureur, avant d'attaquer une dernière fois: "Je vous le dis, M. Pistorius, votre version est non seulement fausse, mais aussi tellement improbable que cela ne peut raisonnablement pas être vrai".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.