Les Jeux Paralympiques retransmis "en direct pour la première fois"

A 100 jours du début des Jeux Paralympiques de Rio, le Comité paralympique et sportif français appelle le public à soutenir les athlètes tricolores. "Ils sont prêts, et vous ?" C'est le mot d'ordre lancé par sa présidente, Emmanuelle Assmann, sur France Info. Elle se félicite d'une couverture médiatique de plus en plus importante dans l'Hexagone.

(Médaillé de bronze à Londres en 2012, le pongiste Fabien Lamirault, paraplégique à la suite d'un accident de la route, fait partie des athlètes français sélectionnés pour les Jeux Paralympiques de Rio © Ben Hoskins/Getty Images)

Quels sont les enjeux de ces Jeux Paralympiques de Rio ? La réponse d'un athlète et de la présidente du CPSF
--'--
--'--
J-100 avant le début des Jeux Paralympiques, qui se dérouleront à Rio du 7 au 18 septembre 2016. Si la liste des sélectionnés n'est pas encore connue, de nombreux athlètes savent déjà s'ils ont réalisé les performances nécessaires pour être qualifiés. "Nos sportifs se préparent dur pour ce grand  événement ", a déclaré lundi sur France Info Emmanuelle Assmann, présidente du Comité paralympique et sportif français (CPSF).

A lire aussi ►►►  Timothée Adolphe a rendez-vous avec ses premiers Jeux Paralympiques

Plus de 100 heures de direct sur France 4 et France 2

Si les débuts ont été difficiles et que la route reste encore longue, les Jeux Paralympiques bénéficient, notamment depuis les Jeux de Londres en 2012, d'une meilleure couverture médiatique. Cette année en France, "c'est la première fois qu'il y aura une retransmission en direct, p lus de 100 heures de direct sur France 4 et France 2", s'est félicité Emmanuelle Assmann.

"C'est un petit challenge parce qu'il faudrait que tout le monde soit derrière nous. Notre mot d'ordre c'est : 'Ils sont prêts et vous ? Est-ce que vous êtes prêts à les soutenir, à les regarder ? ' ", a poursuivi la présidente du Comité paralympique et sportif français

"On a aussi besoin de cette vitrine-là pour changer le regard sur la différence, en la voyant comme une force plutôt que comme quelque chose qui fait peur ", a estimé Emmanuelle Assmann.

Le site officiel des Jeux Paralympiques de Rio