JO d'hiver 2018 : l'argent pour la France en snowboardcross, une 4e place en super-G... Ce qu'il ne fallait pas rater cette nuit

Grâce à la médaille d'argent remportée en snowboardcross féminin, la France compte désormais sept médailles.

Julia Pereira De Sousa Mabileau réagit après être arrivée deuxième au snowboardcross, à Pyeongchang (Corée du Sud), le 16 février 2018.
Julia Pereira De Sousa Mabileau réagit après être arrivée deuxième au snowboardcross, à Pyeongchang (Corée du Sud), le 16 février 2018. (MARTIN BUREAU / AFP)

C'est peut-être la plus inattendue des médailles des Bleus depuis le début des Jeux olympiques de Pyeongchang. A 16 ans, Julia Pereira de Sousa Mabileau a décroché l'argent en snowboardcross, vendredi 16 février, et est devenue la plus jeune médaillée française de l'histoire des Jeux d'hiver. Non loin de là, Blaise Giezendanner a manqué le podium du super-G à 20/100e. Si vous dormiez, voici ce que vous avez raté dans la nuit du jeudi 15 au vendredi 16 février.

Julia Pereira de Sousa Mabileau crée la surprise en snowboardcross

Ce n'était pas la plus attendue des snowboardeuses, mais c'est bien la benjamine d'entre elles. Julia Pereira De Sousa Mabileau, 16 ans, a offert à la France sa septième médaille des JO de Pyeongchang. Elle a remporté la médaille d'argent en snowboardcross. L'adolescente devient ainsi la plus jeune médaillée du sport français aux JO d'hiver, tous sexes confondus, et grimpe parmi les cinq plus jeunes toutes nationalités confondues !

"Mon objectif, c'était d'aller en finale. Après, la médaille, c'était le rêve", a-t-elle réagi après sa course. Très émue par sa place sur le podium, Julia Pereira de Sousa Mabileau s'est étonnée : "Je n'ai même pas mon bac encore et je suis là !" Pour la suite, elle l'annonce : "Pendant un mois, je suis partie pour pleurer tous les jours."

Maurice Manificat échoue à quatre secondes du podium

Il était favori sur le 15 km libre à Pyeongchang. Maurice Manificat a échoué en ski de fond. Le Français est arrivé cinquième d'une course remportée par le Suisse Dario Cologna. Leader de la Coupe du monde de l'épreuve, il n'a manqué que quatre petites secondes à Maurice Manificat. 

"Je suis désolé... a-t-il réagi, au bord des larmes. Je n'ai pas ramené la médaille, vous ne pouvez pas imaginer à quel point je voulais le faire pour le ski de fond français. C'est ma dernière chance de médaille olympique en individuel." Il peut cependant se concentrer sur une autre chance de médaille, avec le relais dimanche. C'est ce qu'il avait fait à Sotchi en 2014.

Pierre Vaultier annonce (presque) la fin de sa carrière

Il a remporté sa deuxième médaille d'or en snowboardcross, jeudi 15, mais c'est peut-être la dernière. Peu après son épreuve, Pierre Vaultier a évoqué la possibilité de mettre fin à sa carrière. "J'ai une épouse magnifique, deux enfants, et ça me coûte énormément de les quitter à chaque fois. Ça sera la possible cause de l'arrêt de ma carrière. Je ne sais pas quand encore, mais ça commence à me coûter vraiment beaucoup", a-t-il déclaré, ses propos rapportés par L'Equipe.

D'après le quotidien sportif, le snowboarder pourrait s'arrêter après la Coupe du monde de snowboardcross. "Je pense que la probabilité pour que je sois à Pékin [pour les JO de 2022] est d'environ 2%", avait-il annoncé plus tôt.

Blaise Giezendanner arrive au pied du podium

Si près et pourtant si loin. Le Français Blaise Giezendanner a terminé à 20/100e du podium du super-G, vendredi. Il est arrivé derrière l'Autrichien Matthias Mayer, le Suisse Beat Feuz et le Norvégien Kjetil Jansrud.

En franchissant la ligne, Blaise Giezendanner a cru à la médaille. "Je vois deuxième, je fais 'Ouah'. Je me dis : 'Là c'est possible quoi. Après tu ne penses pas aux gars qui restent derrière", a indiqué le Chamoniard. 

Derrière, il y avait encore Matthias Mayer et Beat Feuz. "Je n'ai pas de regrets. J'ai montré ce que je savais faire, je l'ai fait avec panache. Quatrième, c'est comme ça, il en faut un", a ajouté l'athlète, avant de poursuivre : "Je me sentais bien au départ, j'avais de bons souvenirs sur cette piste, le tracé était assez similaire. Mais des regrets, j'en aurai sans doute ce soir, dans mon lit, en voyant que je n'ai pas la médaille autour du cou."

Un skieur américain tacle le vice-président des Etats-Unis

Il s'est blessé lors de l'entraînement. Le médaillé d'argent à Sotchi en ski slopestyle, Gus Kenworthy, a annoncé sur Twitter qu'il s'est cassé un doigt. Pas de quoi cependant arrêter l'Américain, qui entre en pistes dimanche 18. "Cela ne m'empêchera pas de participer à l'épreuve (c'est évident) mais par contre, ça m'empêchera de serrer la main de Mike Pence. C'est le bon côté !" a-t-il écrit. "Le vice-président des Etats-Unis [est] actuellement en visite dans la ville olympique sud-coréenne", précise L'Equipe

Marie Martinod reçoit des petits messages d'encouragement de sa fille

"Allez maman ! Tu vas tous les défoncer. T'es la meilleure." C'est le mot envoyé par Mélirose, la petite fille de Marie Martinod. Présente à Sotchi en 2014, c'est cette fois-ci à distance que Mélirose a décidé d'encourager sa maman. Elle a réalisé pour elle une sorte de calendrier de l'Avent avec, chaque jour jusqu'à son épreuve, un message d'encouragement. La skieuse a publié quelques photos sur Instagram. "Bravo ma fille pour ce petit mot que j'ai découvert ce matin qui me file la patate et me rend très fière de toi !" a commenté la maman. Elle sera au départ des qualifications en ski halfpipe, lundi 19 février.

Hello à tous ! D abord merci pour vos innombrables messages d encouragement, de soutien, d amour, je me sens tellement vivante grâce à vous ! Ce matin j ai officiellement droppé dans ce merveilleux half pipe olympique pour les premiers entraînements ! Il faisait grand beau, chaud, j ai mis 1/2 seconde pour apprécier cette nouvelle courbe ! Tout s’est bien passé ! Je vais déconnecter mes réseaux sociaux pour les 4 prochains jours. Histoire de rester dans ma bulle faite de technique et de plaisir de skier fort. Je voulais donc vous donner les dernières nouvelles officielles : Je suis très enthousiaste, la pression ne m a pas empêchee de skier ce matin comme j en avais envie ce qui est plutôt rassurant et encourageant! J ai toujours plus envie de gagner que peur de perdre! On se voit sur le petit écran dans la nuit de dimanche à lundi si France tv retransmet les qualifications. Merci de continuer à penser positif quand vous pensez à moi, je ressens ça du bout du monde et c est très très excitant ! Bravo ma fille pour ce petit mot que j ai découvert ce matin. (Je m en autorise 4 chaque jour depuis mon départ ) qui me file la patate et me rend très fière de toi ( aucune faute d orthographe s il vous plait !) À bientot !!!! #ecolepavillon

Une publication partagée par Marie Martinod (@mariemartinod) le