Cet article date de plus d'onze ans.

Londres renforce la sécurité des JO à trois jours de l'ouverture

Quelque 1 200 militaires supplémentaires vont être déployés pour assurer la sécurité des Jeux olympiques, a annoncé mardi le ministre des Sports, Jeremy Hunt.

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Des gangs de pickpockets auraient planifié une campagne éclair pendant les JO. (GETTY IMAGES)

Quelque 1 200 soldats supplémentaires vont être déployés pour assurer la sécurité des Jeux olympiques, a annoncé mardi 24 juillet le ministre britannique de la Culture et des Sports, Jeremy Hunt. C'est la deuxième annonce du genre depuis le début du mois : le 12 juillet, le gouvernement avait déjà réquisitionné 3 500 militaires non prévus. Une organisation de dernière minute qui fait scandale, trois jours avant l'ouverture de la compétition.

A l'origine, les carences d'une société privée

G4S est "la plus grosse société de gardiennage privée au monde", souligne Le Monde : présente dans 125 pays, elle compte près de 650 000 employés. C'est elle qui devait fournir les 10 400 agents de sécurité lors de la compétition. Sauf que G4S n'a pas rempli le contrat et surtout, elle a révélé le problème trop tard. Le gouvernement anglais n'en aurait été informé que le 7 juillet.

Dans un communiqué publié mardi, G4S a déclaré "comprendre la décision" des autorités et assuré qu'elle prendrait en charge, comme prévu, le coût de ce nouveau déploiement. La société a également affirmé avoir "réalisé d'importants progrès ces derniers jours" et réussi à envoyer pour l'instant 5 800 agents sur les sites olympiques.

En attendant, près de la moitié des Britanniques (45%) jugent leur pays mal préparé pour accueillir les JO, selon un sondage publié lundi 16 juillet. Mardi, le ministre des Sports a tenter de rassurer l'opinion : selon lui, Londres est "tout à fait dans les temps". Au total, près de 40 000 hommes doivent être mobilisés : c'est le plus important dispositif de sécurité mis en place en temps de paix au Royaume-Uni. "Nous ne voulions rien laisser au hasard, et nous avons pensé qu'il valait mieux procéder ainsi car la chose le plus importante pour le public, c'est d'assurer la sécurité des Jeux", a justifié Jeremy Hunt.

Une enquête de la BBC sur les pickpockets inquiète

Dans ce contexte, un autre problème fait surface : les pickpockets. "On va débarquer à Londres, vous verrez", menace devant la caméra de France 2 un membre d'un gang de pickpockets en Espagne. C'est un journaliste de la BBC qui, le premier, a mené l'enquête sur ce groupe de malfaiteurs. Selon lui, ils auraient déjà repéré les meilleurs emplacements pour commettre leurs forfaits. Scotland Yard confirme : les policiers britanniques auraient des informations sur des gangs organisés d'Amérique du Sud et d'Europe de l'Est qui auraient planifié une campagne-éclair durant les Jeux olympiques

 

Les pickpockets à Londres pour les JO (Jacques Cardoze et Stéphane Guillemot - France 2)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.