Français à suivre, médailles, planning de diffusion... Le guide de survie pour ne rien rater des Jeux paralympiques de Pyeongchang

Franceinfo vous livre les informations indispensables pour suivre au mieux les JO paralympiques d'hiver, qui débutent vendredi 9 mars en Corée du Sud.

La snowboardeuse Cécile Hernandez durant les épreuves de qualification en parasnowboard à Sotchi (Russie), le 14 mars 2014.
La snowboardeuse Cécile Hernandez durant les épreuves de qualification en parasnowboard à Sotchi (Russie), le 14 mars 2014. (ALEXEY MALGAVKO / RIA NOVOSTI / AFP)

Allez les Bleus ! Quinze sportifs français – douze athlètes et trois guides – sont en lice pour les 12es Jeux paralympiques d'hiver qui se tiennent à Pyeongchang, en Corée du Sud, du vendredi 9 mars au dimanche 18 mars. Franceinfo vous a concocté un petit guide de survie pour suivre au mieux cette compétition qui verra s'affronter 670 sportifs de 45 pays.

Qui sont les Français à suivre ?

A tout seigneur, tout honneur : d'abord la porte-drapeau de la délégation française, Marie Bochet. Atteinte d'une malformation de l'avant-bras gauche, la Savoyarde de 24 ans, qui s'entraîne au club handisport d'Albertville, a ramené de Sotchi quatre des cinq médailles d'or françaises (descente, slalom géant, super combiné et super G). Elle a fait une excellente année 2017, se classant – entre autres – première de la descente, du super G et du super combiné aux championnats du monde de Tarvisio (Italie).

La skieuse Marie Bochet participe à la première épreuve du slalom, le 16 mars 2014, lors des Jeux paralympiques de Sotchi en Russie.
La skieuse Marie Bochet participe à la première épreuve du slalom, le 16 mars 2014, lors des Jeux paralympiques de Sotchi en Russie. (GRIGORIY SISOEV / RIA NOVOSTI / AFP)

Dans la catégorie des skieurs debout, gardez aussi un œil sur les performances du tout jeune Arthur Bauchet, 17 ans, qui a de "l'énergie à revendre", selon France 3 Rhône-Alpes. Atteint d'une maladie génétique touchant sa moelle épinière, le lycéen de Serre-Chevalier est arrivé premier au slalom géant des championnats du monde de Tarvisio l'an passé.

Mais les vétérans comme Frédéric François, 41 ans, ont aussi leur chance de  décrocher une médaille, selon francetv sport.  Après avoir raté de peu les podiums du super G et du géant à Sotchi (cinquième à chaque fois), l’athlète paraplégique de 41 ans a remporté début 2018 le globe de cristal du slalom assis (vainqueur, donc, au classement général de la Coupe du monde de slalom).

En snowboard, Cécile Hernandez, 43 ans, atteinte d'une sclérose en plaques, et Maxime Montagionni, 28 ans, handicapé d'un bras, font également figure de médaillables. Argentée en snowboard cross debout il y a quatre ans à Sotchi, la Pyrénéenne entend cette fois décrocher le titre. Quant au natif de Marseille, il se place parmi les grands favoris en snowboard cross et en banked slalom, une nouvelle épreuve paralympique où les concurrents effectuent le parcours en franchissant des portes.

En biathlon, l'éblouissante trajectoire de Martin Fourcade, triple médaillé d'or à Pyeongchang et désormais Français le plus titré de l'histoire des Jeux olympiques, été et hiver confondus, va-t-elle les doper ? Dans cette discipline, les projecteurs seront notamment braqués vers les non-voyants Anthony Chalençon, 27 ans, et son guide Simon Valverde, Thomas Clarion, 35 ans, et son guide Simon Bollet et Benjamin Daviet, handicapé d'une jambe. Les Français tenteront de faire mieux que les 12 médailles ramenées de Sotchi (5 en or, 3 en argent et 4 en bronze).

Où peut-on regarder les épreuves ?

A la télévision. Les directs des épreuves sportives sont retransmis sur France 2 et France 3, tous les jours, dès 2 heures du matin sur France 2, puis sur France 3 à partir de 6 heures. Tous les jours, sur franceinfo (canal 27), une séance de rattrapage est également proposée entre 18 et 20 heures. A 20 heures, chaque soir sur France 3, le "Journal des paralympiques" revient sur les temps forts de la journée. Une compilation des meilleurs moments de la nuit sera proposée tous les jours à 8 heures du matin sur France 3.

Sur internet. Le site franceinfo.fr et l'application francetv sport vous proposent une centaine d’heures de retransmission. Les meilleurs extraits des compétitions paralympiques seront également disponibles en vidéo.

Quelles sont les épreuves à ne pas manquer ?

Pour les fondus de handisport, le programme au grand complet heure par heure se trouve ici. Voici les moments à ne pas manquer :

Samedi 10 mars. A partir de 1h30, la descente hommes et femmes, dans laquelle les Français ont de bonnes chances de médailles. A 2 heures du matin, le biathlon hommes (7,5 km) et femmes (6 km) en catégorie assis et à 4 heures du matin en catégorie debout et malvoyants.

Dimanche 11 mars. A 1h30, le super G toutes catégories (hommes et femmes).

Mardi 13 mars. A 1h30, le super combiné (H/F) toutes classes et le super G. A 2 heures, le biathlon de 12,5 km (pour les hommes) et 10 km (pour les femmes) en catégorie assis. Les catégories debout et malvoyants passeront sur la même épreuve à 5 heures du matin.

Vendredi 16 mars. A 4 heures, le snowboard avec la nouvelle épreuve de banked slalom messieurs et dames. A 4h30, les épreuves de 15 km messieurs et 12,5 km dames en biathlon.

Samedi 17 mars. A 6h35, la finale de curling en fauteuil.  

Dimanche 18 mars. A 2 heures, rendez-vous pour le ski de fond et les relais mixtes 4x2,5 km. A 4 heures du matin, le ski de fond relais open 4x2,5 km et, à la même heure, la finale du hockey-sur-glace.

Où puis-je trouver le tableau des médailles ?

La moitié des participants tricolores étaient déjà présents à Sotchi en Russie en 2014. Ils en avaient ramené une belle moisson : avec 12 médailles dont cinq en or, la France s'était classée au 5e rang, sur 45 pays. En 2018, la délégation française emmenée par la skieuse Marie Bochet tentera de battre ce record, dans les quatre disciplines où sont présents les sportifs tricolores (ski alpin, snowboard, ski de fond et biathlon). Et suivre l'évolution du palmarès des Bleus (et de leurs concurrents), rendez-vous ici.