JO d'hiver 2018 : le skieur Gus Kenworthy et son compagnon dénoncent les élevages de chiens destinés à l'alimentation en Corée du Sud

Le couple, choqué par les conditions de vie des animaux, a adopté une petite chienne baptisée Beemo.

Le skieur Gus Kenworthy et son compagnon, en Corée du Sud, le 23 février 2018.
Le skieur Gus Kenworthy et son compagnon, en Corée du Sud, le 23 février 2018. (AHN YOUNG-JOON / AP / SIPA)

Le skieur Gus Kenworthy avait créé un élan d'enthousiasme aux Jeux olympiques à Pyeongchang (Corée du sud) en embrassant son petit ami à la télévision. Le champion américain de slopestyle a choisi de mettre sa notoriété au service d'une cause qui lui tient à cœur : la défense des animaux. Gus Kenworthy a dénoncé la consommation de viande de chien, autorisée en Corée du Sud, dans un tweet publié vendredi 23 février.

"Ce matin, Matt (son compagnon, l'acteur Matthew Wilkas) et moi avons eu le cœur brisé en visitant l’une des 17 000 fermes à chien de Corée du Sud. A travers le pays, 2,5 millions de chiens sont élevés pour être consommés dans les conditions les plus perturbantes que vous puissiez imaginer", a-t-il expliqué.

Ce n'est pas mon rôle d'imposer des idéaux occidentaux aux gens ici. Mais, la manière dont les animaux sont traités est totalement inhumaine.Gus Kenworthysur Twitter

Le skieur explique en effet que les chiens, qu'ils ont vus, étaient "mal nourris et maltraités""Les chiens sont entassés dans des petits enclos et exposés aux conditions hivernales glaciales et aux étés torrides", détaille-t-il. Mais le couple n'est pas reparti les mains vides. Il a adopté une petite chienne baptisée Beemo.

New Olympics. Same me.

A post shared by gus kenworthy (@guskenworthy) on