Opéré de l'œil mi-juin, Tony Parker reçoit le feu vert des Spurs pour participer aux JO

Incertain après avoir été blessé à l'œil lors d'une bagarre, Tony Parker a reçu le feu vert des Spurs de San Antonio pour participer aux Jeux olympiques de Londres avec l'équipe de France de basket-ball.

Tony Parker, meneur de jeu de l\'équipe de France et joueur des Spurs de San Antonio (Etats-Unis) à Oklahoma City le 31 mai 2012.
Tony Parker, meneur de jeu de l'équipe de France et joueur des Spurs de San Antonio (Etats-Unis) à Oklahoma City le 31 mai 2012. (RONALD MARTINEZ / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

Selon la Fédération française de basket-ball (FFBB), les Spurs de San Antonio (Etats-Unis), club où joue le Français, a donné vendredi 6 juillet son feu vert : il pourra participer aux Jeux olympiques de Londres.

Après avoir consulté l'avis d'un ophtalmologiste, le club de Tony Parker a rendu sa décision. "Suite à ces résultats, l'entraîneur des San Antonio Spurs, Gregg Popovich, a donné son accord et s'est réjoui que Tony puisse participer aux Jeux olympiques avec l'équipe de France", indique la FFBB. Le triple champion NBA devait arriver en France dans la journée pour rejoindre ses coéquipiers à Orléans, où il pourrait participer samedi, face à la Grande-Bretagne, à son premier match de l'été. 

Le joueur et l'équipe de France soulagés

"C'est une excellente nouvelle et un soulagement pour l'ensemble de l'équipe de France", sourit le sélectionneur Vincent Collet, qui a eu Tony Parker au téléphone. "Je l'ai senti très heureux et aussi soulagé que moi par ce dénouement. C'était pour nous tous une situation très pénible et angoissante", ajoute-t-il.

Le meneur de jeu de l'équipe de France avait annoncé sur son site internet dimanche 24 juin avoir "failli perdre son œil" après une bagarre dans une boîte de nuit à New York. Opéré le 17 juin, il n'était pas certain de participer aux Jeux olympiques de Londres cet été.

Il était rentré aux Etats-Unis le 5 juillet pour consulter un spécialiste et rencontrer les représentants de son club de San Antonio. Ce sont eux qui devaient décider de sa présence aux JO.