Cet article date de plus de six ans.

JO 2016 : les eaux de Rio dangereuses pour la santé des athlètes

Les Jeux Olympiques de Rio s'ouvrent dans un an jour pour jour. Les préparatifs s'accélèrent mais les eaux de la célèbre baie de Guanabara et de la lagune de Rio, où vont se dérouler plusieurs épreuves nautiques, sont dangereuses pour les athlètes qui pourraient attraper des virus, avoir des vomissements, maux de tête et douleurs d’estomacs.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (La plage Fundao, sur les rives de la baie de Guanabara, à Rio de Janeiro, le 30 juillet 2015 © REUTERS/Sergio Moraes)

C’est dans la célèbre baie de Guanabara et la lagune de Rio que se dérouleront plusieurs épreuves nautiques. Selon une enquête de l’agence Associated Press qui a réalisé plusieurs tests, les athlètes peuvent attraper des virus, sentir des vomissements, maux de tête et douleurs d’estomacs. Pour les autorités de Rio au contraire, aucune inquiétude : les niveaux de pollution respectent les standards internationaux.

La baie ne sera pas propre pour les JO

L’enquête réalisée par l’agence d’information AP est un vrai pavé dans la mare olympique. Selon ses conclusions,  la qualité de l’eau est équivalente à celle des égouts et les athlètes pourraient bien tomber malades à son contact. Une conclusion que les autorités de Rio mais aussi le Comité olympique rejette. Selon son porte-parole, Leonardo Gryner, la baie ne sera pas propre pour les Jeux mais sa qualité n’est pas dangereuse.

"Nous n’avons jamais dit que la baie de Guanabara serait propre. Nous avons des défis dans cette baie qui mettront sans doute 10 ans à être réglés. Nous avons promis d’obtenir 80% des eaux traités en 2016. Mais l’eau a une qualité correcte selon tous les standards internationaux. Nous la contrôlons chaque mois. "

Alors qui a raison ? Réponse dans 15 jours avec le début des épreuves tests et le ressenti des athlètes une fois dans l’eau.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.