Mondial de handball : les Françaises se qualifient pour la demi-finale en battant le Monténégro (25 - 22)

Eliminée par le Monténégro en 2012 en quart de finale aux Jeux olympiques de Londres, les Françaises tiennent leur revanche. 

La handballeuse française Siraba Dembele se réjouit après un but lors du quart de finale de la coupe du monde de handball féminine, ùardi 12 décembre 2017, à Leipzig, en Allemagne.  
La handballeuse française Siraba Dembele se réjouit après un but lors du quart de finale de la coupe du monde de handball féminine, ùardi 12 décembre 2017, à Leipzig, en Allemagne.   (HENDRIK SCHMIDT / DPA / AFP)

Les Bleues se rapprochent du podium. Mardi 12 décembre, l'équipe de France de handball féminine a battu le Monténégro (25 - 22), en quarts de finale de la Coupe du monde, à Leipzig, en Allemagne. En demi-finales, les Françaises affronteront les Suédoises, vendredi. 

Ces dernières ont battu le Danemark plus tôt dans la soirée, sur le score de 26 à 23. 

Les Bleues d'Olivier Krumbholz tenteront de décrocher leur troisième podium international d'affilée, après l'argent aux Jeux olympiques de Rio et le bronze en championnat d'Europe, en 2016. 

Défense hermétique et jeu rapide

Jamais mises en danger, malgré un départ timide, les Françaises ont maîtrisé avec brio ce quart de finale qui les opposait à un pays certes minuscule par sa population (650 000 habitants) mais pas par son palmarès en handball.  Plus sûres de leur handball à chaque sortie, les Françaises ont poursuivi une montée en puissance qui leur permet de tout renverser sur leur passage dans un tableau bien ouvert. Après la Hongrie en huitièmes, le Monténégro n'a pas résisté à leur défense hermétique et à leur jeu rapide.

Les joueuses majeures ont retrouvé leur meilleur niveau : Siraba Dembélé (3 buts), incisive en contre-attaque, Alexandra Lacrabère (4 buts), Amandine Leynaud dans la cage, mais aussi Allison Pineau (5 buts). L'arrière, pièce-maîtresse du dispositif d'Olivier Krumbholz lorsqu'elle est en pleine possession de ses moyens, a joué son meilleur match depuis son opération à la cheville du mois de juillet. 

Effacer le souvenir douloureux de 2012 

En 2012, aux JO de Londres, le Monténégro avait brisé les espoirs de l'équipe de France, en quarts de finale. Cinq ans plus tard, sept joueuses sont encore sur le terrain du côté des Bleus. "C’est une porte vers l’accession en demi-finale, donc on ne va pas forcément se concentrer sur cette histoire du passé", avait réagi l'entraîneur avant la rencontre, cité par franceinfo.

"Ce quart de finale douloureux appartient au passé. Depuis, on a gagné une médaille olympique mais ça reste particulier de retrouver cet adversaire", avait réagi pour sa part l'arrière Allison Pineau. Désormais, il ne s'agit plus que d'un mauvais souvenir.