Cet article date de plus de cinq ans.

Handball féminin : Allison Pineau a "accusé le coup" après son expulsion, mais "cela a galvanisé tout le monde"

L'arrière des Bleues a expliqué, lundi sur franceinfo, avoir la sensation que les arbitres lui "ont volé quelque chose" en l'expulsant lors de la finale de l'Euro féminin de handball remportée par l'équipe de France face aux Russes.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Alisson Pineau, lors du match Slovénie-France de l'Euro féminin de handball, le 2 décembre 2018. (ALEXANDRE MARCHI / MAXPPP)

Avec un pic de 8 millions de téléspectateurs lors de la finale de l'Euro, dimanche 16 décembre, le handball féminin a attiré les curieux. À Bercy, les Françaises se sont débarrassées des Russes (24-21) pour remporter ce trophée continentale leur permettant au passage de réaliser le doublé un an après leur titre mondial. Allison Pineau, l'arrière des Bleues expulsée au cours de la rencontre, est revenue, lundi pour franceinfo, sur ce moment intense.

franceinfo : Comment vous sentez-vous au lendemain de votre victoire ?

Allison Pineau : Je vais m’en souvenir au-delà de ma carrière [de ce match]. C’est incroyable ce qui s’est passé et c’est encore plus incroyable de me réveiller et de me dire que je suis championne d’Europe.

Avez-vous pleuré de colère après avoir été expulsée dimanche soir ?

J’ai tellement attendu cet évènement, cette finale, et les arbitres m’ont volé quelque chose, en tout cas une partie. Cela m’a beaucoup touché forcément et on est tous heureux du dénouement, mais le dénouement aurait pu être différent. Mais, les copines étaient là et le public a mis le feu à partir de ce moment-là. Cela a galvanisé tout le monde. Mais, sur le moment, j’accuse le coup.

Comment avez-vous vécu le reste du match ?

J'étais dans tous mes états. Quand elles marquaient ou qu’il y avait un arrêt, je sautais de rage, jusqu’au dernier arrêt et là je sais qu’on sera championnes. Ça a été un moment tellement difficile à vivre mais l’essentiel est ailleurs. Cette victoire est celle d'un collectif, d’une équipe, d’un staff et du public qui a répondu présent sur cet Euro.

Quelle saveur a cette médaille ?

Cette médaille de championne d’Europe est quand même au-dessus de tout, l’Euro à la maison, les familles [présentes], c’est un tel privilège que je suis contente d’avoir pu le vivre avec les proches et c’est super de savoir que ça les remplit de bonheur également. Ça a été un ensemble. Il y a eu une pression, mais on a su gérer tout ça. On était sereine. On a assumé ce costume de favori. C’est un sentiment tellement incroyable, j’ai tellement de fierté pour tout ce qu’on a accompli. On est la troisième équipe de l’Histoire à faire le doubler et c’est dire à quel point c’est difficile.

Avez-vous l'impression que cela peut aider à médiatiser le sport féminin ?

Ça évolue. Le fait d’être diffusé en clair, ça attire du public, même ceux qui ne connaissent pas [le handball]. Les lignes bougent, mais faut pas croire que parce qu’on est championne d’Europe, tout va s’envoler d’un seul coup. Il va falloir continuer à fédérer et à faire parler de nous.

Vous êtes reçues ce lundi après-midi à l’Elysée. Attendez-vous ce moment avec impatience ?

C’est quelque chose qu’on attend. On va représenter la France sur nos terres. On est allé au bout. C’est normal que le président nous reçoive. C’est la moindre des choses. Sans doute [que j'aurai quelque chose à lui dire], c’est la deuxième fois que je le vois en un an [rires]. Et après un peu de repos, je crois qu’on l’a bien mérité.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.