Euro de handball : "On ne peut pas faire de miracles tous les jours", réagit le président de la Fédération après la défaite des Bleus

Les Bleus ont perdu en demi-finale de l'Euro de handball face à la Suède (33-34), vendredi en Hongrie. Ils affronteront le Danemark pour la troisième place, dimanche.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le joueur de l'équipe de France de handball Aymeric Minne après la défaite en demi-finale face à la Suède (33-34), vendredi 28 janvier. (ATTILA KISBENEDEK / AFP)

"On ne peut pas faire de miracles tous les jours", a réagi vendredi 28 janvier sur franceinfo le président de la Fédération française de handball, Philippe Bana, après la défaite de l'équipe de France en demi-finale de l'Euro face à la Suède (33-34). "Direction la médaille de bronze !", a-t-il lancé.

"On a tout donné", estime Philippe Bana. "On a peut-être été épuisé par le dernier match", a-t-il jugé. Les Bleus avaient en effet gagné sur le fil face au Danemark, 30 à 29, lors de leur ultime confrontation des phases de poule. "Il nous a manqué un petit plus. C'est ce petit millimètre d'énergie qui nous a manqué [vendredi] soir. On avait le bras qui tremblait à la fin. Il y a quelques décision contraires... Ce soir n'était pas notre soir, mais on a mis tout notre coeur et c'est déjà pas mal."

Pour le président de la FFH, "c'est certainement derrière, où d'habitude on est extrêmement solide, qu'on a été moins en forme". "On a moins fermé, on a été moins dur. On a laissé les armoires à glace suédoises nous passer au travers en défense", a-t-il déploré sur franceinfo. 

"On a reculé comme un boxeur qui encaisse les coups et, quand on était à deux doigts de revenir, il nous manquait le petit plus d'âme qui aurait fait un miracle. Mais des miracles, on n'en fait pas tous les jours."

Philippe Bana, président de la Fédération française de handball

sur franceinfo

Dimanche, à 16 heures, l'équipe de France affrontera le Danemark, "nos meilleurs amis de la planète handball" selon Philippe Bana, lors du match pour la troisième place de la compétition. "Aujourd'hui, il faut se relever. Jamais pleurer trop longtemps. La couleur de la médaille n'a pas d'importance pour nous. Il faut se retrouver pour aller chercher ce qui n'est pas une énième médaille, mais encore une médaille pour le handball français. Demain est un autre jour, on va y aller volontiers."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Championnat d'Europe de handball

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.