Euro 2022 de handball : ce qu’il faut savoir sur la Serbie, prochain adversaire des Bleus

Les joueurs de Guillaume Gille retrouvent la Serbie, pour leur troisième match du tour préliminaire de l'Euro, lundi (20h30).

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le Serbe Lazar Kukic contre la France, lors des qualifications à l'Euro 2022, le 5 janvier 2021. (PREDRAG MILOSAVLJEVIC / XINHUA / MAXPPP)

Pour les Bleus, la rencontre a tout d'un match piège. Car après avoir battu l'Ukraine, la Serbie a concédé une courte défaite face à la Croatie (23-20), samedi. L'équipe de France devra donc rester sur ses gardes, lundi 17 janvier face aux joueurs de Toni Gerona, pour aborder la troisième rencontre du tour préliminaire de l'Euro. 

Les Serbes ont beau ne plus briller sur la scène internationale depuis près d'une décennie, ils se présentent "ambitieux, mais sans prétention", exposait le pivot franco-serbe Dragan Pechmalbec à L'Équipe après la victoire des siens (31-23) contre l'Ukraine lors de leur entrée en lice.

En quête d'un nouveau souffle

Il faut dire que les joueurs d'Antonio Gerona partent de loin. Leur dernier coup d'éclat remonte à 2012 et une médaille d'argent décrochée lors de l'Euro. Depuis, le néant. Outre les éliminations dès la phase de poules, soit une 20e place à l'Euro 2020 et une 18e au Mondial 2019, la Serbie a échoué à se qualifier pour les deux dernières éditions des Jeux olympiques et pour le Mondial 2021.

L'arrivée du coach espagnol dans la foulée doit permettre à la sélection, enlisée dans les tréfonds du handball mondial depuis des années, de sortir la tête de l'eau. Avant lui, près de neuf coaches se sont succédés à la tête de la sélection et s'y sont cassés les dents.

Des dernières confrontations serrées

Alors pourquoi les Bleus devront-ils faire preuve de prudence ? Car depuis la prise en main de son nouveau patron, les Serbes ont joué plusieurs sales tours à des Bleus, eux aussi embarqués dans un nouveau cycle. Lors des éliminatoires pour l'Euro 2022, les joueurs de Guillaume Gille ont buté contre eux à deux reprises.

Bilan ? Une défaite en déplacement (27-24) et un match nul arraché au bout du suspense à Créteil quelques jours plus tard (26-26). Bousculés défensivement, les Français ont failli à contenir les assauts lancés par les tireurs longue distance et se sont laissés trop facilement transpercer par les pivots. De quoi permettre aux Serbes de se présenter sans le moindre complexe d'infériorité contre les Tricolores.

Un trio Kukic-Radivojevic-Pechmalbec à surveiller

En l'absence de certains de leurs tauliers - parmi lesquels leur capitaine Nemanja Illic - soit diminués par des blessures ou touchés par le coronavirus, l'attention devrait se focaliser sur trois joueurs qui pourraient particulièrement enquiquiner les champions olympiques, lundi soir. Parmi eux, l'arrière droit aux plus de 60 sélections Bogdan Radivojevic et le demi-centre Lazar Kukic. Ce dernier, joueur du Benfica, s'est démarqué d'entrée en étant élu meilleur joueur du match contre l'Ukraine grâce à un 7 sur 8 au tir et trois passes décisives. S'il règle aussi bien la mire, ses missiles pourraient faire très mal aux Bleus.

Pour le pivot franco-serbe Dragan Pechmalbec (26 ans), affronter l'équipe de France est l'occasion de se sublimer. Celui qui se sentait "bloqué" par la concurrence à son poste chez les Bleus a choisi d'opter pour la sélection serbe, pays d'origine de sa mère, en avril dernier. Lundi, le joueur de Nantes et ses coéquipiers ont l'occasion de décrocher la troisième victoire de leur histoire face à l'équipe de France.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Championnat d'Europe de handball

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.