Cet article date de plus d'un an.

Gymnastique : à la suite des révélations de maltraitance d'anciennes athlètes, la ministre des Sports lance des procédures administratives

Amélie Oudéa-Castéra a reçu, mardi, le président de la Fédération française de gymnastique, James Blateau, accompagné de son directeur technique national, Kevinn Rabaud. Une rencontre qui a fait suite à l'enquête de Stade 2.
Article rédigé par franceinfo: sport
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 1 min
La ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra, le 3 avril 2023, lors d'une visite du Musée national du sport à Nice. (FREDERIC DIDES/SIPA)

Après le témoignage de six anciennes athlètes de l'équipe de France de gymnastique, qui ont dévoilé des faits de maltraitance, dans l'émission Stade 2 diffusée dimanche, la ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra a reçu James Blateau, président de la fédération française de gymnastique (FFG) et Kevinn Rabaud, son directeur technique national, mardi 16 mai. Dans un communiqué, le ministère indique que la ministre leur a exprimé "sa conviction profonde que les pratiques décrites dans le reportage, où sont confondues l'exigence avec la violence, la discipline avec la maltraitance, traduisent une conception de la haute performance d'un autre âge". Des procédures administratives vont être engagées "sans délai"

Gymnastique : d'anciennes athlètes de l'équipe de France dénoncent des faits de maltraitance
Grand Format "Gym, la parole se libère" Gymnastique : d'anciennes athlètes de l'équipe de France dénoncent des faits de maltraitance (STADE 2)

Un entraîneur, cité dans le reportage, pourrait être interdit d'exercer selon les résultats d'une enquête qui va être menée par le service départemental à la jeunesse, à l'engagement et aux sports (SDJES) concerné. Une autre personne mise en cause, cadre du ministère des Sports et des Jeux Olympiques et Paralympiques (MSJOP), va être reçue "par la direction des sports et est susceptible de faire l'objet d'une suspension à titre conservatoire le temps de conduire l'enquête disciplinaire"

Des engagements de la part de la FFG

De son côté, James Blateau, président de la FFG, s'engage à mettre en oeuvre "des
mesures nouvelles et complémentaires [...] pour que la pratique de la gymnastique se fasse
encore plus et mieux dans le respect de la personne". Le signalement de toutes formes de violence sera ainsi facilité par une meilleure visibilité de la plateforme "Signal Sports" du ministère sur le site de la FFG. La fédération entend "promouvoir le partage du projet sportif respectueux des équilibres de l'athlète" et "des outils visant à changer de culture en sensibilisant spécifiquement chaque acteur fédéral, en développant des modules spécifiques de prévention et de formation pour l'éthique et contre l'emprise et en organisant des assises 'Ethique et Gym de performance'". La collaboration avec l'association "Colosse aux pieds d'argile" va également être renforcée.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.